Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

L'économiste et homme politique Sammy Oussedik tire sa révérence

Homme complet et intègre, Sammy Oussedik dont un parcours universitaire et professionnel d'excellence, le prédestinait à une carrière de bureaucrate, a passé ces vingt dernières années, malgré sa santé fragile, sur le terrain.

 

Infatigable, il œuvrera sans relâche pour le rapprochement entre les hommes de bonne volonté quelque soient leurs tendances. Economiste il aura très vite compris que l'économie n'est rien sans une société apaisée et sans consensus national. Dynamique malgré une santé très fragile il n'a jamais ménagé son temps pour écouter les autres ou aller à la rencontre des initiatives personnelles ou collective.

Sammy Oussedik nous a quitté hier, alors qu'il lui restait tant à donner.

Sammy Oussedik est détenteur d’un DEA en “sciences politiques et gouvernement”, d’une maîtrise en “Relations internationales” à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et d'une licences en économie à l’Institut d’Etudes politiques de Lyon en section “Economie et finances”.

Conseiller de 1995 à 1999 à la GP Banque, une banque racheté plus tard par le groupe Natixis, il était chargé du Pôle “Etudes et Conseil” à la Société de banque française et internationale de 1998 et 2000, il est surtout le fondateur de Algiers Investment Partners, banque d’affaires de droit algérien, dont il était le Président directeur général. 

Sammy Oussedik a été par ailleurs président de la commission “Afrique du Nord” du Conseil français des investisseurs en Afrique et Conseiller à la Banque du Liban et d'Outre Mer (Blom Bank). 

Il créera avec des diplomates et des économistes le Cercle Ptolémée, think tank spécialise dans les questions stratégiques méditerranéennes. En Algérie il sera membre-fondateur et premier Vice-président du Cercle d'Action et de Réflexion au tour de l'Entreprise.

Initié en 2013, il lancera en 2015 le mouvement citoyen et politique, Ibtykar, dont il était le Coordinateur général et qu'il voulait comme mouvement trans-partisan regroupant les idées et les initiatives pour le changement politique et économique pacifique en Algérie.

Sammy Oussedik laissera sa vision d'un système à la fois malade mais capable de sortir par la grande porte qu'il nommera la « Matrice ».

Il fera de nombreux passages sur Radio-M et il choisira le siège de Maghreb Émergent pour annoncer la naissance officielle de son mouvement le 4 décembre 2017.

Son décès a suscité beaucoup d'émotion dans le milieu politique, associatif et celui de la presse. L'annonce de sa disparition a occupé hier une grande place sur les réseaux sociaux algériens.


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.