Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 27 Mars 2017

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Quatorze individus ont été arrêtés suite aux rassemblements organisés dimanche sur la voie publique dans les centres d’Imzouren et Beni Bouayach (province d’Al Hoceima) et au cours desquels une résidence et des moyens de transports destinés aux forces publiques ont été incendiés, a annoncé le Procureur général du Roi près la cour d’appel d’Al Hoceima.
Dans un communiqué transmis lundi à la MAP, le procureur général souligne avoir ordonné l’ouverture d’une enquête au sujet de ces rassemblements qui ont été également marqués par la destruction d’un véhicule de transport et des violences sur des éléments des forces publiques lors de l’exercice de leurs fonctions.
Les mis en cause ont été placés en garde à vue et soumis à une enquête sur les accusations portées à leur encontre avant d’être déférés au parquet, ajoute la même source.

MAP

Le président de la République du Congo, Denis Sassou N'Guesso, a entamé lundi une visite d'Etat de quatre jours en Algérie, à l'invitation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
Le président congolais a été accueilli à son arrivée à l'aéroport international Houari-Boumediene, par le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed-Larbi Ould Khelifa, le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et des membres du gouvernement.
Cette visite, qui s'inscrit dans le cadre du renforcement des liens historiques d'amitié et de fraternité entre les deux pays, permettra aux deux parties de passer en revue leur coopération bilatérale et d'identifier les voies et moyens de la dynamiser et de l'adapter au bénéfice mutuel des deux peuples.
Les entretiens entre les deux chefs d'Etat permettront également de se concerter sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun, notamment les défis auxquels font face les pays africains pour garantir la paix, la sécurité et la stabilité à travers le continent.

APS

L’identification d’un programme de travail pour la réalisation d’une étude de faisabilité de la création d’une ligne aérienne reliant la capitale Hongroise Budapest et la Tunisie, ont été au centre de l’entretien qu’a eu lundi, à Tunis, le secrétaire d’Etat au transport Hichem Ben Ahmed , avec le secrétaire d’Etat hongrois chargé de la diplomatie économique Magyar Levente, selon un communiqué du ministère du transport .
Cette rencontre a permis également, d’examiner les moyens de développer la coopération bilatérale dans le domaine du transport notamment aérien.
Les négociations de la Tunisie avec l’Union Européenne (UE) concernant l’Open Sky, ont atteint actuellement, la phase finale a indiqué Ben Ahmed à son hote hangrois .

TAP

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a présidé lundi à Bamako l'ouverture des travaux de la conférence d'entente nationale, en présence d'une partie des groupes signataires de l'accord de paix et de réconciliation au Mali.
"Il nous faut éviter que la Conférence d'entente nationale ne soit prise en otage par les surenchères diverses, par les tentatives de positionnement et par les remises en cause d'arrière-garde", a indiqué le président malien à l'ouverture de la conférence d'entente nationale.
Le chef de l'Etat malien a regretté certaines absences à cette conférence "surtout à cause des discours que les absents ont avancés".
La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) et l'opposition ont boycotté la conférence par contre Harouna Toureh, porte-parole de la Plateforme (autre groupe signataire de l'accord de paix), était présent à l'ouverture. La Plateforme avait pourtant annoncé son refus de participer à cette conférence.
Cette conférence d'entente nationale "est un train qui démarre. Ceux qui n'ont pas participé peuvent le prendre à une autre gare, le terminus étant l'entente au Mali", a précisé le président malien.
"Les linges sales se lavent en famille", a rappelé le président malien qui a indiqué qu'on "ne confie pas la mère patrie (le Mali) aux fils qui le boudent, aux fils capricieux". "Pour aider la partie, le pays, c'est le moment", a-t-il ajouté, regrettant le fait que les effets de la crise s'étendent au sud du pays.
Le président malien a enfin souligné que c'est lui qui décide le cadre, les modalités et l'agenda en ce qui concerne la charte pour la paix, l'unité et la réconciliation que doit adopter la conférence qui va durer une semaine avec la participation prévue de 300 délégués.
Au cours de la conférence d'entente nationale, d'après le président de la commission préparatoire, il sera question d'élaborer les éléments constitutifs et les recommandations pour la charte pour la paix, "dont l'approbation fera l'objet d'un autre cadre".

Xinhua

Quatre mines de confection artisanale et des produits explosifs ont été découverts dimanche à Tizi Ouzou, par les éléments des l'Armée nationale populaire (ANP) et ce, suite à une opération de fouille et de recherche, indique lundi le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué.
"Dans le cadre de lutte antiterroriste et suite à une opération de fouille et de recherche, un détachement de l’Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel de Tizi Ouzou/1ère Région militaire a découvert, le 26 mars 2017, quatre (4) mines de confection artisanale, des produits explosifs et des outils de détonation", précise la même source.

APS

La compagnie aérienne Emirates a élargi le réseau de destinations desservies par son populaire avion A380 avec la mise en service de cet appareil pour la première fois entre Dubaï et Casablanca.
La capitale économique est désormais la première ville d’Afrique du Nord à accueillir un service régulier de l’Airbus A380 d’Emirates, l’avion révolutionnaire à deux étages pouvant transporter jusqu’à 982 passagers par jour.

MAP

L'évolution des prix à la consommation en rythme annuel s`est située à 7% jusqu'à fin février 2017, a appris l`APS auprès de l`Office national des statistiques (ONS).
L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel à février 2017 est le taux d’inflation moyen annuel calculé en tenant compte des douze (12) mois allant de mars 2016 à février 2017 par rapport à la période allant de mars 2015 à février 2016.
Quant à la variation mensuelle des prix à la consommation, c'est-à-dire l’évolution de l’indice du mois de février 2017 par rapport à celui du mois de janvier 2017, elle a été de -0,6%, soit une baisse un peu plus importante que celle observée le même mois de l’année écoulée (-0,2% en février 2016 par rapport à janvier 2016).
Les prix des biens alimentaires ont affiché une baisse de 1,5% en février dernier par rapport à un mois plus tôt, induite aussi bien par l’évolution des produits agricoles frais que par celle des produits alimentaires industriels, relève l'ONS.
Les prix des produits agricoles frais se sont caractérisés par une diminution de 1,2%: En dehors de la pomme de terre et des poissons qui ont affiché des hausses, respectivement, de 6,2% et de 1,5%, le reste a accusé des décroissances, notamment la viande de poulet dont la baisse a avoisiné les 11% en février 2017 par rapport à janvier 201,7 et les 12% par rapport à février 2016.
Les prix des produits alimentaires ont également enregistré une variation négative de 1,9%, due à la baisse des prix de certains produits, particulièrement ceux de la semoule (-17,3%).
Pour les autres groupes de biens et services, les prix de l’habillement ont connu une baisse de 0,9% en février 2017 par rapport au mois précédent.
Alors que les transports et communication se sont caractérisés par une stagnation, le reste des groupes ont inscrit des hausses plus ou moins importantes: les logements et charges à +0,7%, les meubles et articles d’ameublement à près de +0,2%, santé hygiène corporelle à +1,8% et l’éducation-culture-loisirs à +0,1%.

APS

Sur un total de 150 mille dossiers déposés aux services consulaires en 2016, la France a délivré 126 771 visas à des ressortissants tunisiens, soit un taux de refus très faible, a annoncé, lundi à Tunis, le directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) Stéphane Darmas.
« En 2016, sur les trois millions de visas français accordés dans le monde, quelque 126 771 ont été délivrés à des ressortissants tunisiens ce qui représente la 7e position mondiale en terme de nombre de visas délivrés (4.1%) », a encore souligné le directeur de l’OFII au cours d’une conférence de presse sur « la mobilité franco-tunisienne » tenue à l’Institut français de Tunisie.
Parmi ces visas délivrés, 13 619 étaient des visas long séjour, a précisé le directeur de l’OFII, ajoutant que les chiffres « véritablement positifs » de l’année 2016, montrent toute la place de la Tunisie dans la politique française de gestion du flux migratoire.
D’après Darmas, la nature de la migration tunisienne est avant tout familiale. Elle représente 7% du total des étrangers extracommunautaires arrivés en France en 2016.
« La Tunisie occupe la 3e position mondiale en matière de flux familial, derrière le Maroc et l’Algérie », a-t-il poursuivi.
S’agissant du flux professionnel, il a indiqué que sur les 2700 contrats de travail parvenus aux directions de travail en France en 2016, 2375 contrats ont été remis à des ressortissants tunisiens soit une hausse de 24% par rapport à 2015.
D’après, le responsable français, 86,5% des Tunisiens, bénéficiaires de ces contrats étaient des ingénieurs essentiellement des informaticiens.
« La Tunisie occupe la 2e place mondiale en matière de flux professionnel, loin derrière le Maroc », a-t-il dit.
S’agissant de « l’éloignement des Tunisiens des territoires français », le représentant de la Direction de la coopération internationale du Ministère français de l’Intérieur a fait état de l’interpellation, l’année dernière, de 5651 ressortissants tunisiens et de l’éloignement de 1060 autres, généralement pour « faux documents d’identité ».
« Le nombre de Tunisiens interpellés en 2016 en France a été revu à la baisse par rapport à l’année 2012 (11 594), a fait savoir le responsable.

TAP

Sept (7) opérateurs de la wilaya de Tizi-Ouzou, exportent leurs produits vers des pays africains et européens, a indiqué, dimanche, le président de la Chambre locale de commerce et d’industrie Djurdjura (CCID), Medjkouh Ameziane.
Dans une déclaration à la presse en marge de l’inauguration, par le wali Mohammed Bouderbali, de l’antenne d’Azazga du Centre national du registre de commerce (CNRC), ce même responsable a indiqué que ces exportations, d’une valeur global d’environ 80.000 dollars, en destination des pays voisins (Maroc, Tunisie et Libye), de l’Afrique subsaharienne et de l’Europe ( Espagne et Italie notamment), couvrent cinq secteurs d’activités.
Il s’agit principalement des produits industriels (détergents, emballage),de l’artisanat, du textile (notamment la confection) et de l’agro-alimentaire et de l’agriculture (miel, figue), soit les secteurs traditionnels concernés par l’exportation au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou, a-t-il précisé, en ajoutant que des efforts sont engagés pour développer l’exportation dans d’autres domaines.
Même si ce volume des exportations reste très faible, cette situation peut s’améliorer si des opérateurs sont accompagnés par certaines mesures tel que les conditions et durée de stockage au niveau des infrastructures portuaires, afin qu’ils puissent placer leurs produits sur le marché international, a ajouté ce même interlocuteur.
Le président de la CCID a relevé des initiatives à l’exportation dans le secteur agro-alimentaire notamment. Il a indiqué à ce propos que, cette année, cette même Chambre accompagne un opérateur de la wilaya de Bejaia pour exporter du carroube vers la Pologne.
Le directeur national du CNRC, Mohamed Slimani, présent à l’inauguration de l’antenne D’Azazga (qui coiffe 29 communes) a fait savoir que l’Algérie compte environ 15 000 exportateurs, précisant que pour encourager cette activité et avoir des parts importantes sur le marché international il est nécessaire de réussir le pari du rapport qualité-prix .
Il a rappelé le CNRC, accompagne les opérateurs qui veulent se lancer dans l’exportation, à travers notamment des facilitations engagées depuis 2003, soulignant que les mesures engagées par l’Etat pour améliorer le climat des affaires ont permis à l’Algérie de remonter de 10 places dans le classement mondial des pays exportateurs, toutefois des efforts restent à faire pour améliorer ce classement qui reste en deçà des attentes , a-t-il indiqué.
Pour sa part, le wali Mohammed a relevé, concernant la wilaya de Tizi-Ouzou, que la mise en place d’un tissu industriel fort est un préalable au renforcement de la productivité en vue d’aller vers l’exportation.
La wilaya de Tizi-Ouzou est pratiquement dans cette première phase de création de ce tissu industriel d’où la nécessité de promouvoir l’investissement privé a-t-il insisté.
Le chef de l’exécutif local a observé que cette wilaya dispose d’un atout important qui est sa ressource humaine hautement qualifiée et qui peut constituer une des conditions de réussite, a-t-il soutenu.

APS

Plus de 1 400 enfants ont péri durant les deux années écoulées depuis le début du conflit au Yémen, a déclaré le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l'Onu Stephen O'Brian.
« Plusieurs milliers de civils ont été tués dont plus de 1 400 petites filles et petits garçons. (…) Des dizaines de milliers de Yéménites ont été blessés », a indiqué le responsable dans une déclaration à l'occasion du deuxième anniversaire de l'escalade des violences au Yémen, déclenchée en 2015 par l'intervention de l'Arabie saoudite.
M.O'Brian a également annoncé qu'actuellement, les deux tiers de la population yéménite, soit près de 19 millions de personnes, avaient besoin d'une aide humanitaire.
Auparavant, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) a fait savoir qu'en deux ans, plus de 4 500 civils ont trouvé la mort au Yémen et quelque 8 000 autres ont été blessés.
Depuis 2014, le Yémen est le théâtre d'un conflit armé opposant les rebelles houthis et les militaires loyaux à l'ancien président Ali Abdallah Saleh, aux forces gouvernementales et aux milices populaires soutenant le président en exercice Abd Rabbo Mansour Hadi. Les rebelles contrôlent les territoires dans le nord du pays et la capitale Sanaa, où ils ont créé leurs organes de pouvoir.
Le conflit s'est internationalisé en mars 2015 avec l'intervention de plusieurs pays musulmans menés par l'Arabie saoudite.

Sputnik

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Mahieddine Tahkout, le punching ball de l’échec industriel algérien (Opinion)

  La controverse autour de l'usine Tahkout a révélé l’indigence du projet industriel du gouvernement de M. Abdelmalek Sellal, mis en musique par Abdesslam Bouchouareb.

Controverse en Tunisie sur une possible émission de Sukuk sur le Nasdaq Dubaï

    Un accord entre la Bourse de Tunis et le Nasdaq Dubaï ouvre la voie au recours par l'Etat tunisien à l'émission de Sukuk islamiques sur la bourse de Dubaï. Une option devenue possible depuis 2013 mais qui suscite toujours des controverses en Tunisie

Oxfam dénonce l'utilisation abusive des paradis fiscaux par les 20 plus grandes banques européennes

Un quart des bénéfices des 20 plus grandes banques européennes a été déclaré dans des pays qui peuvent être considérés comme des paradis fiscaux, dénonce lundi un rapport d'Oxfam, pour qui cette proportion est démesurée au regard de l'activité générée dans ces pays.