Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 28 Juin 2017

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

La centrale électrique solaire de Tindouf a contribué à raison de 15% à l’accroissement de la production électrique globale dans la wilaya, a-t-on appris mercredi des services techniques de l’entreprise de distribution de l’électricité et du gaz (Sonelgaz) de Tindouf.
La centrale électrique à énergie solaire a permis, depuis sa mise en service en janvier 2016, de renforcer la production de l’énergie électrique, de répondre à la demande locale en la matière de la population locale et de contribuer à la réalisation des objectifs de l’Etat d’assurer 20% de la production électrique à partir d’énergies propres, a-t-on expliqué.
D’une capacité de production de neuf (9) mégawatts, cette centrale solaire, implantée dans la région de Merkala (commune de Tindouf), a donné lieu au renforcement de la production électrique générale qui est passée à plus de 75 mégawatts, et à la réduction des coûts de production de la principale centrale de Tindouf, fonctionnant au diésel et qui consomme quelque 6.000 litres/ jour de mazout.
Selon les services de la Sonelgaz, l’entrée en production de cette centrale solaire a "largement" contribué à la satisfaction de la demande locale sur cette énergie et mis un terme aux récurrentes perturbations qu’a connues la région durant de longues années, en raison de la faible production et de la vétusté du réseau de distribution électrique, requérant l’intervention de l’Etat à travers des plans d’urgence pour prendre en charge les préoccupations du citoyen et l’amélioration de son cadre de vie.
La localité de Hassi-Mounir (200 km de Tindouf) sera raccordée à la centrale électrique de la commune d’Oum-Laâssel, dont le projet enregistre une "bonne avancée", tandis que la localité de Ghar Djebilet (170 km de Tindouf) sera raccordée à une mini-centrale en construction dans la région.

APS

Le Premier Ministre, M. Yahya Ould Hademine a présidé mercredi à la salle de réunion de la primature, une réunion du comité interministériel chargé du pilotage de la réforme foncière.
Le comité a examiné l’état d’avancement du processus de la réforme foncière engagé avec nos partenaires techniques et financiers.

AMI

 

Quatre marins sont portés disparus et deux autres ont été secourus suite au naufrage de leur bateau de pêche survenu mercredi au large de Mostaganem, a-t-on appris de source sécuritaire.
Les six pêcheurs avaient quitté mardi soir le port de Mostaganem à bord de cette embarcation qui avait sombré pour des raisons inconnues, a-t-on indiqué.
Les opérations de recherches lancées par les Garde-côtes et la Protection civile ont permis de sauver deux pêcheurs alors que les quatre autres sont toujours portés disparus.
D’importants moyens humains et matériels sont mobilisés pour retrouver les disparus, a assuré la même source.

APS

Trois pays scandinaves ont annoncé, mercredi, la levée des restrictions de voyage vers Tunisie, a appris l’agence TAP auprès d’une source responsable au ministère des Affaires étrangères.
Il s’agit du Danemark, de la Norvège et de l’Islande. Ces pays avaient pris une mesure de restrictions de voyage pour la Tunisie dans la foulée de l’attentat de Sousse en 2015, apprend-on de même source.
Quelques mois plus tôt, la Suède et la Finlande avaient autorisé leurs ressortissants à se rendre en Tunisie.
La Tunisie avait appelé à maintes reprises la levée des restrictions de voyage imposées par certains pays au lendemain de l’attaque sanglante de Sousse, en raison de la nette amélioration de la situation sécuritaire dans le pays.

TAP

La délégation égyptienne qui participe à la réunion de l'ONU à New York a accusé le Qatar de financer les terroristes en Libye, a déclaré mercredi le ministère égyptien des Affaires étrangères.
Lors d'une réunion du comité antiterroriste du Conseil de sécurité de l'ONU organisée mardi soir, Tarek al-Quni, assistant au ministre égyptien des Affaires étrangères chargé des Affaires arabes, a déclaré que l'Etat du Golfe riche en pétrole apporte son soutien aux militants en Libye, ce qui représente une menace pour la sécurité nationale égyptienne, notamment aux frontières occidentales avec la Libye.
"Les groupes et les organisations terroristes en Libye reçoivent du soutien, surtout du Qatar et d'autres Etats de la région", a déclaré M. Quni à la lecture du communiqué égyptien devant le comité.
"La Libye est devenue un paradis sûr pour les terroristes", met en garde le communiqué, soulignant la nécessité de trouver une solution politique en Libye et exhortant l'ONU à intensifier les efforts pour assurer la mise en place de l'accord politique dans le pays.
Récemment, l'Egypte, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis (EAU) et Bahreïn ont décidé d'imposé un blocus au Qatar, accusant ce dernier d'abriter des membres des organisations terroristes et d'interférer dans les affaires domestiques des autres pays.
L'administration égyptienne du président Abdel-Fattah al-Sissi est en désaccord avec le Qatar qui soutient et accueille des membres en fuite du groupe des Frères Musulmans depuis le renversement du président Mohamed Morsi en juillet 2013.
Parmi les six Etats du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le Koweït et Oman ont décidé de ne pas participer au blocus contre le Qatar. Le Koweït communique même avec toutes les parties de la crise pour trouver une solution.
Quant à la situation sécuritaire aux frontières entre l'Egypte et la Libye, les forces égyptiennes ont détruit lors de deux frappes aériennes en mai et en juin au moins 27 véhicules chargés d'armes et de munitions qui tentaient d'entrer illégalement en Egypte en passant par les frontières occidentales avec la Libye.
L'Egypte travaille avec les voisins de la Libye (Algérie, Soudan, Tchad, Niger et Tunisie) pour atteindre une solution politique dans le pays, ravagé actuellement par une guerre civile et dirigé par deux administrations rivales.

Xinhua

Les bombardements en Syrie sur la ville de Rakka menés par la coalition militaire sous commandement américain ont fait au moins 173 morts parmi la population civile ce mois-ci, dit le Haut Commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme.
Zeïd Ra'ad al Hussein, dans un communiqué émis mercredi à Genève, invite les parties au conflit "y compris les forces internationales" à adopter toutes les précautions nécessaires pour épargner la vie des quelque 100.000 personnes qui vivent encore à Rakka en dépit des combats qui s'y déroulent.
"La vie des civils ne doit pas être sacrifiée au profit de victoires militaires plus rapides", ajoute-t-il, précisant que le bilan de 173 morts est une estimation basse.
Visée directement depuis début juin par une offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS), Rakka est le dernier grand bastion urbain en Syrie de l'organisation Etat islamique (EI).
Les milices arabo-kurdes des FDS y sont épaulées par la coalition conduite par les Etats-Unis qui leur apporte essentiellement un appui aérien.

Reuters

Le président directeur général de la Société tunisienne de l'électricité et du gaz (STEG), Moncef Harrabi, a exprimé mercredi, ses craintes de ne pouvoir faire face à la demande d'électricité, qui a atteint mercredi à 10h00, 3240 Mégawatts alors que le pic de consommation est fixé à 3900 Mégawatts.
Si la demande se poursuit sur la même lancée, la marge de manœuvre de la STEG sera limitée, a-t-il dit, précisant dans une déclaration à l'agence TAP, que la demande a atteint mardi, 3000 mégawatts alors qu'il s'agit d'une journée chômée (3ème jour d'Aid el Fitr).
Il a également, exprimé le vœu de voir la société faire face à cette situation alors que les températures maximales devraient osciller mercredi, entre 36 et 47 °C d'après l'Institut national de la météorologie.
Le responsable a appelé à rationaliser l'utilisation de la climatisation pendant cette période, insistant sur l'impératif de régler les appareils dans les administrations et les foyers à 26 degrés. Il a également invité les consommateurs à n' utiliser les autres appareils électriques que pendant la nuit et à éviter le pic de consommation.
Harrabi a évoqué l'irrigation agricole et la création par les agriculteurs des puits anarchiques ce qui a eu un impact négatif sur la consommation d'électricité, soulignant la nécessité de procéder à l'irriguer des cultures pendant la nuit pour réduire la pression sur les réseaux électriques.
Par ailleurs, il a nié le recours à l'interruption volontaire de l'alimentation en électricité dans certaines régions du pays, ou des coupures de courant ont été enregistrées hier mardi, indiquant que ces coupures sont dues à des pannes et n'ont rien avoir avec la canicule. La société a mobilisé environ 500 équipes pour intervenir en cas de coupures ou de pannes et un programme de maintenance et d'entretien des centrales et des équipements pour répondre aux demandes accrues de l'électricité, dont l'augmentation est estimée à 4% par an, est déjà mis en place.
Le PDG de la STEG a mis en garde contre l'acquisition de climatiseurs non conformes aux normes, a des prix dérisoires et énergivores ce qui constitue une des principales causes de l'augmentation de la consommation d'électricité pendant la période estivale.
Il a encore mis en garde contre la montée des protestations et des sit-in, lesquels ont affecté le rythme de production du gaz et du pétrole, précisant que l'interruption de la production risque d'obliger la société à importer ces produits d'Algérie en devise afin d'assurer la production.

TAP

Pas moins de 37 hectares de champs de blé et d’eucalyptus ont été ravagés par des incendies enregistrés dans la wilaya d'El Tarf entre jeudi et lundi, a-t-on appris mardi auprès des services locaux de la Protection civile.
Selon la même source, les premiers feux de récoltes ont ravagé 35 hectares de blé dans la commune frontalière de Bouhadjar où les flammes ont également détruit une dizaine de sacs de blé de 30 kg chacun, ainsi que 200 arbres fruitiers, 140 bottes de foin et de nombreux casiers et niches.
Deux autres foyers d’incendie, signalés dans l’après-midi de lundi au Djebel Tela, dans la commune d’Ain Assel et à Besbes, ont détruit 1.000 m 2 d’eucalyptus dans chacune de ces deux communes, a-t-on ajouté de même source.
L’intervention rapide des services des forêts et des éléments de la protection civile qui sont intervenus dès l’alerte donnée par les riverains a permis de limiter les dégâts matériels, a-t-on soutenu.
Selon la même source, un important dispositif humain et matériel a été enclenché dans le cadre de la lutte contre les incendies de forêts dans cette wilaya qui couvre une surface de 289.175 hectares dont 179.031 hectares de superficie forestière, représentant un taux de recouvrement de 62%.

APS

L'armée irakienne a annoncé mercredi avoir reconquis deux autres quartiers de la vieille ville de Mossoul, réduisant un peu plus la zone encore sous le contrôle des djihadistes de l'Etat islamique.
La 16e division d'infanterie a repris Hadarat al-Saada et d'al-Ahmadiyya, au nord-ouest de la grande mosquée Al-Nouri, que les djihadistes ont détruite la semaine dernière.
L'EI contrôle toujours le secteur de la mosquée même, et à peu près la moitié de la vieille ville, son ultime bastion dans Mossoul, où combattraient encore quelque 350 djihadistes.
Les forces irakiennes ont achevé en janvier de reprendre la partie orientale de Mossoul, après cent jours de combats. Depuis février, elles ont entrepris de reconquérir la partie de la ville à l'ouest du Tigre. L'EI s'était emparé de Mossoul à la faveur d'une offensive-éclair qui lui avait permis de prendre le contrôle de pans entiers du nord et de l'ouest de l'Irak, en juin 2014.
Selon des Irakiens qui ont pu s'échapper de la vieille ville, 50.000 civils seraient toujours pris au piège derrière les lignes de l'EI.

Reuters

L’Organisation Internationale pour les Migrations, organisme des Nations Unies chargé des migrations, a félicité mardi la Tunisie pour avoir atteint le niveau Tier 2 dans le classement mondial des pays en matière de lutte contre la traite de personnes.
Le classement a été publié hier dans le Rapport 2017 sur la traite des personnes élaboré par le Département d’Etat américain et son Bureau de lutte et de contrôle de la traite des personnes (J/TIP), indique un communiqué de l'OIM-Tunisie.
Comme chaque année, le Rapport J/TIP sur la traite de personnes met en lumière les progrès réalisés par les gouvernements du monde entier en matière de lutte contre la traite des personnes, et les défis qui restent à relever pour combattre cette grave violation des droits humains.
Le rapport permet de classer chaque pays sur une échelle à quatre niveaux, tel qu'adopté par la TVPA (Trafficking Victims Protection Act). La méthodologie du classement se base essentiellement sur les efforts déployés par les gouvernements pour l'élimination de la traite des personnes et leur conformité avec le Protocole de Palerme.
Ainsi, dans le rapport 2017, la Tunisie a vu ses efforts en matière de lutte contre la traite des personnes récompensés: le rapport reconnaît notamment l’importance de l’adoption à l’unanimité en 2016 de la Loi organique N°61-2016 de prévention et de lutte contre la traite des personnes, ainsi que la mise en place en février 2017 de l’Instance nationale de lutte contre la traite des personnes, sous tutelle du Ministère de la Justice, en tant qu’étapes-clé pour l’instauration de politiques publiques visant à lutter efficacement contre ce phénomène et à criminaliser toute forme de traite, quels que soient sa nature et le profil des victimes tunisiennes ou étrangères.
La Tunisie et l'OIM collaborent depuis 2011 pour la lutte contre la traite des personnes et la protection des victimes. "Le partenariat avec le gouvernement tunisien, notamment le Ministère de la Justice et l’Instance nationale de lutte contre la traite des personnes, a permis à l'ensemble des acteurs nationaux de mieux appréhender le problème de la traite en Tunisie tout en offrant une réponse efficace et coordonnée en matière de prévention de ce crime et de protection des victimes", se félicite l'OIM.
Le rapport intégral est disponible en anglais à l'adresse suivante: https://www.state.gov/j/tip/rls/tiprpt/2017/index.htm

TAP

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Maghreb Mobile Expo, un salon algérien dédié aux Smartphones- Saïd Benmesbah

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Décidée par Béji Caïd Essebsi, la militarisation des sites de production officialisée

   C'est désormais officiel, les sites de production et les installations stratégiques en Tunisie passent sous surveillance de l'armée et sont classés "zones militaires interdites".

Migrants-Département d"'Etat: L'Algérie ''sous observation'', la Tunisie fait mieux

   L'Algérie a légèrement amélioré son classement sur la traite des êtres humains établi par le Département d'Etat, mais reste dans la liste 2 ''sous surveillance''. En comparaison, la Tunisie fait mieux que le Maroc et l'Algérie, et reçoit un ''satisfecit'' d'ONG onusiennes.

Algérie- Tebboune parle de "dialogue" et de "consensus" sur les grandes "questions nationales"

  Le "consensus national" autour des grandes "questions nationales". C'est l'objectif politique "nouveau" évoqué mercredi au Conseil de la Nation par le Premier Ministre, Abdelmadjid Tebboune.