Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

Algérie:La superficie réservée à l’oléiculture dans la wilaya de Souk-Ahras étendue à 8500 hectares

La superficie réservée à l’oléiculture dans la wilaya de Souk-Ahras s’est étendue à 8500 hectares, au cours de la saison agricole actuelle, contre 4.600 hectares durant les trois dernières années, a-t-on appris auprès de la direction locale des services agricole (DSA).
Selon le chef de service de la production et du soutien technique auprès de la DSA, M. Mohamed-Hamza Kamel, la nouvelle surface oléicole totalise 1,5 million d’oliviers, dont 680.000 productifs.
Il a ajouté que la concrétisation du programme de plantation d’olivier, arrêté par les services agricoles en coordination avec la conservation locale des forêts, ainsi que l’accompagnement des oléiculteurs, à travers des sessions de formation axées sur l’itinéraire technique dans le domaine oléicole ont favorablement contribué à l’augmentation de la surface oléicole.
Traditionnellement concentrée dans les communes du nord de la wilaya de Souk-Ahras, l’oléiculture "gagne du terrain et se pratique, de plus en plus, dans les localités arides de la région Sud, d’Oued Keberit, Terraguelt et d’Oum El-Adhaïm, pour atteindre une superficie de 800 hectares, à la faveur de gigantesques efforts déployés pour booster cette filière, a encore souligné le même responsable.
Plusieurs facteurs ont concouru au développement de la filière oléicole dans cette wilaya, dont la concrétisation des divers programmes inscrits dans le cadre du Fonds national de développement rural, les projets de proximité pour le développement rural, et le programme du Haut commissariat au développement de la steppe, a-t-on encore soutenu.
La superficie globale de la filière oléicole de la wilaya s’étend sur une multitude de localités, à l’instar d’Ouled Moumen, Khedara, Merahna, Haddada, et Sidi Fredj, ainsi que Drea, M’daourouch, Tiffech, Bir Bouhouche, et Oum El-Adhaîm, note le même responsable, rappelant que la technique d’irrigation goûte à goûte a touché jusqu’à présent, pas moins de 800 hectares des superficies réservées à l’oléiculture.
Pas moins de 4 000 hectares ont permis la cueillette de 104.880 quintaux d’olives, à l’issue de la dernière campagne, dont 26.220 quintaux d’olives de table et 78.660 quintaux destinés à l’extraction de l’huile d’olive, relève M. Kamel.
Par ailleurs, ce programme de plantation d’oliviers a favorisé l’amélioration des revenus des petits agriculteurs, la création de nouveaux emplois et la fixation des habitants dans leurs régions tout en oeuvrant à conserver le couvert végétal de plusieurs zones dans la wilaya.

APS

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».