Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

Algérie-Enseignement professionnel: deux diplômes de technicien et de technicien supérieur dés septembre prochain

Le ministre de la Formation et de l'Enseignement  professionnels et ministre de l'Enseignement supérieur par intérim, Mohamed  Mebarki a annoncé, jeudi à Alger, la révision du cursus d'enseignement professionnel par le remplacement, dés septembre 2017, des deux (02) diplômes d'enseignement professionnel du 1er et du 2ème degrés (DEP1 et DEP2), par un "diplôme de technicien d'enseignement professionnel" de même  classification que le Baccalauréat et la création d'un nouveau diplôme supérieur au niveau 5, appelé "Diplôme de technicien supérieur d'enseignement professionnel" équivalent à deux (02) années d'études à  l'université.
"Dés septembre prochain, il sera procédé au remplacement des deux diplômes sanctionnant actuellement le 1er cycle de l'enseignement professionnel par un nouveau diplôme sanctionnant un cycle unique de 3  années conférant le niveau 4 (catégorie 8), le même que le Baccalauréat,  dans la grille des niveaux de qualification", a indiqué le ministre lors  d'une journée d'études sur l'enseignement professionnel.
A travers la classification de ce diplôme dans la grille des niveaux de  qualification et dans la durée d'études (la même que l'enseignement secondaire), le ministère vise à rendre ce cursus "plus attractif" aux yeux  des élèves et de leurs parents en assurant aux titulaire du diplôme de
technicien supérieur d'enseignement professionnel une qualification professionnelle facilitant l'accés au marché du travail et l'acquisition de connaissances pédagogiques permettant la poursuite d'une formation supplémentaire supérieure de niveau  5".
Le ministre a fait état en outre de la création d'un autre diplôme de niveau 5 dit "Diplôme de technicien supérieur d'enseignement professionnel" d'une durée de 24 mois et classé au niveau 5 ( catégorie 10) dans la grille  des niveaux de qualification.
Il a rappelé que le conseil interministériel du 27 mars dernier a approuvé la nouvelle réorganisation du cursus de l'enseignement professionnel et reporté à une date ultérieure l'institution d'un diplôme de niveau 6.
Cependant, cette proposition "reste de mise" en complément du diplôme de  2ème degré de niveau 5, a-t-il indiqué.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».

Le marché pétrolier enregistre "une tendance vers un rééquilibrage" (producteurs)

  La volatilité du marché a été plus faible ces dernières semaines, selon le Comité de suivi des pays Opep et non Opep.

Le dinar tunisien sera sous pression, en cas de demande soutenue de devises (expert)

L’économiste ne pense pas que les recettes touristiques puissent doper les réserves en devises.