Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 28 Mai 2017

L’Algérie prend part à la réunion du G24 à Washington

L’Algérie a pris part jeudi à la réunion du  Groupe intergouvernemental des vingt quatre (G24), tenue en marge des  réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire  international.
La réunion a été axée sur la gestion de la croissance en période  d’incertitude, le financement du développement et la  réforme des institutions de Bretton Woods.
Dans son communiqué final sanctionnant sa réunion, le G24 a appelé les  banques multilatérales de développement à  mettre en oeuvre leur déclaration conjointe soutenant les investissements  dans les infrastructures.
Le G24 a estimé à ce propos que le financement concessionnel reste un  élément fondamental du financement de  développement en notant avec satisfaction  la décision du FMI de maintenir le taux d’intérêt nul à ses prêts jusqu'à fin  2018.
Le groupe intergouvernemental a souligné, par ailleurs, qu’il était  essentiel de mettre en oeuvre l’accord de Paris sur le  changement climatique notamment le volet concernant la disponibilité des  financements concessionnels nécessaires.
Il a dit s’attendre  à ce que les pays développés tiennent leur  engagements de fournir 100 milliards de dollars de  financements supplémentaires par an d’ici à 2020 pour aider les pays  émergents et en développement dans leur action  face au changement climatique.
Concernant la réforme des institutions de Bretton Woods le G24 s’est  engagé à appuyer le principe d’un FMI fondé sur  les quotes-parts disposant de ressources adéquates, en appelant à la mise  en oeuuvre intégrale des réformes de 2010 sur  la gouvernance relative à la représentation au sein du Conseil du FMI.
Le G24 a demandé l’application de la 15 ème révision générale des  quotes-parts d’ici à 2019 en tenant compte du  poids grandissant des pays émergent en en développement tout en protégeant  les quotes-parts des pays les plus  pauvres.
Pour la Banque Mondiale, le G24 a soutenu que l’examen d’une nouvelle  forme d’actionnariat de cette institution financière internationale doit  aboutir à une répartition équitable des voix entre pays développés et pays  en développement.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- Messaoud Benagoun démis de ses fonctions de ministre du Tourisme deux jours après sa nomination

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a démis ce dimanche, M. Messaoud Benagoun de ses fonctions de ministre du Tourisme et de l'Artisanat, indique un communiqué de la présidence de la République, repris par l'APS.

Pétrole : Après la réunion de Vienne, les prix ne décollent pas

Contre toute attente, l’effet immédiat de la réunion des pays producteur de pétrole, tenue jeudi dernier, à Vienne, a été une baisse du prix du pétrole.

Sommet G7 : Béji Caid Essebsi sollicite un "appui international exceptionnel" à la Tunisie

Pour aller vite dans la mise en œuvre des réformes, la Tunisie a besoin d’un appui international exceptionnel et  de la concrétisation des engagements internationaux pris lors de la conférence Tunisia 2020.