Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Juillet 2017

La BAD se dit "très satisfaite" des réformes économiques engagées par l'Algérie

La Banque africaine de développement (BAD) a exprimé jeudi sa "très grande satisfaction" quand à la concrétisation des réformes économiques en Algérie en s'engageant à renforcer ses financements au profit des programmes d'investissements pour aider le pays à concrétiser la mise en oeuvre du nouveau modèle de croissance.
"Nous sommes très satisfaits des réformes sur le terrain. Les mesures (de réformes) annoncées ont été effectivement engagées", a soutenu le Représentant résidant de cette banque régionale à Alger, M. Boubacar Sidiki Traore, lors d'une conférence de presse.
Ces réformes, a-t-il affirmé, incitent la BAD à approfondir son partenariat stratégique avec l'Algérie.
La "parfaite cohérence" entre les projets algériens engagés et les cinq priorités de la BAD (électrification, nutrition, industrialisation, intégration et amélioration des conditions de vie en Afrique), l'adoption du nouveau modèle économique ainsi que la vision de l'Algérie pour 2035
sont des facteurs qui militent pour l'approfondissement d'un "partenariat de qualité" avec l'Algérie, a-t-il poursuivi.
Evoquant le prêt préférentiel de 900 millions d'euros accordé par la BAD à l'Algérie en 2016, M. Traore a fait valoir que ce crédit n'avait été octroyé qu'après que la cette institution financière africaine ait eu des "engagements fermes" du pays à poursuivre les réformes économiques.
"Un appui budgétaire vise essentiellement à appuyer des réformes. L'Algérie s'est engagée dans des réformes profondes pour diversifier son économie. Elle a pris des engagements fermes avec la BAD pour concrétiser cette diversification. Les 900 millions d'euros ont été mis à la disposition du gouvernement sur la base de ses engagements", a-t-il expliqué en précisant que ce prêt "n'est pas un chèque à blanc" puisque la BAD suit attentivement la mise en oeuvre de ces réformes.
A ce propos, il a fait savoir qu'une mission de la BAD, composée de 12 experts, a achevé jeudi une mission de supervision des réformes en Algérie. Ces experts ont consulté plusieurs administrations algériennes dont le ministère des Finances avec ses différentes structures, le Trésor public et la Banque d'Algérie essentiellement pour vérifier l'exécution sur le terrain d'une trentaine de réformes financières et économiques comme l'augmentation des ressources fiscales ordinaires, la rationalisation des dépenses budgétaires, le développement de la compétitivité des entreprises, l'amélioration du climat des affaires et le soutien des PME. Selon lui, cette délégation de la BAD a été "très satisfaite de la mise en ouvre de ces réformes".
Dans ce sillage, il a indiqué que la BAD avait annoncé sa volonté de participer au financement des investissements de la Société nationale de l'électricité et du gaz (Sonelgaz) dès l'année en cours, en réponse "à une requête du gouvernement algérien".
Sollicitée également par les autorités algériennes pour accompagner le plan d'investissements de la Sonatrach, l'institution financière africaine n'a cependant pas encore eu de rapport direct avec les responsables de la compagnie pétrolière nationale, a-t-il ajouté.
Pour rappel, la BAD avait décaissé en décembre 2016 un appui budgétaire de 900 millions d'euros pour financer le programme algérien d'appui à la compétitivité industrielle et énergétique.
Il s'agit d'un prêt accordé à des conditions "exceptionnellement avantageuses", selon M. Traore, à savoir un taux d'intérêt inférieur à 2% et un remboursement sur 20 ans avec un différé de cinq ans. Pour M. Traore, ce prêt est autant bénéfique pour la BAD qu'il l'est pour l'Algérie.
"Pour nous (BAD), c'est une marque de confiance inestimable. Quand l'Algérie, un pays respecté par le monde entier, emprunte auprès d'une banque comme la nôtre, nous sommes doublement gagnants, car cela prouve que la BAD est une institution régionale solide", s'est-il réjoui.

APS


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Haddad s’explique par le chiffre et la lettre

    Selon lui, les accusations dont l’ETRHB fait l’objet seraient pour la plupart infondées.

62% des Algériens n’ont pas d’eau 24 heures sur 24 (ADE)

  Le problème se pose dans des villes qui souffrent de l’insuffisance de la ressource,  des installations ou des deux.

Algérie : Un organisme chargé de la sécurité routière en perspective

  Les dispositions nécessaires ont été prises pour le lancement du permis à points et de la carte grise numérique.