Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

L'Algérie signe la déclaration "MedFish4Ever" sur la durabilité de la pêche en Méditerranée

L'Algérie a signé à Bruxelles, la déclaration ministérielle "MedFish4Ever" visant à sauver les ressources halieutiques de la Méditerranée et à protéger la richesse écologique et économique de la région, a-t-on appris auprès de l'ambassade d'Algérie en Belgique.
La déclaration "MedFish4Ever" signée par 13 pays des côtes septentrionale et méridionale de la Méditerranée lors de la Conférence ministérielle, tenue fin mars à Malte, définit un programme de travail détaillé pour les dix prochaines années, sur la base d'objectifs ambitieux.
Les signataires de la déclaration ont pris de nombreux engagements dont celui d'établir des plans de gestion pluriannuels de toutes les pêcheries importantes et réaliser d'ici à 2020, une collecte de données et une évaluation scientifique appropriées sur une base régulière de tous les principaux stocks de la Méditerranée.
Ils se sont engagés également à faire disparaître la pêche illégale d'ici à 2020 et à soutenir durablement la pêche et l'aquaculture à petite échelle.
L’ambassadeur d'Algérie à Bruxelles a rappelé, à l'occasion, l’importance "cruciale" du secteur de la pêche et de l’aquaculture pour le pays, dans le cadre de la diversification de l’économie nationale, du renforcement de la sécurité alimentaire, soulignant son rôle en tant que "vecteur porteur pour la dynamisation des activités en zones côtières".
L'ambassadeur a relevé également la nécessité de promouvoir le rôle des organisations régionales compétentes, notamment la Commission générale de la pêche en Méditerranée afin d'asseoir une gouvernance collective et participative visant à assurer la durabilité de la pêche en Méditerranée.
Il a également plaidé pour le renforcement de la coopération bilatérale entre l’UE et l’Algérie dans le cadre de la poursuite du programme d’appui au secteur de la pêche.
Le directeur général des affaires maritimes et de la pêche à la Commission européenne, Joao Aguiar Machado, s'est félicité, à l'occasion, de la participation "active et positive" de l’Algérie à l’élaboration de la déclaration de Malte, qui permettra, a-t-il dit, de "faire face collectivement au défi de la baisse sensible des stocks de poissons en Méditerranée".
Il a affirmé que les préoccupations soulevées par l'Algérie doivent être prises en charge dans le cadre des relations de l’UE avec ses partenaires du sud et que son département a déjà commencé à travailler sur des propositions en ce sens.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.