Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

Algérie: Des procédures juridiques "renforçant la décentralisation" dans les wilayas déléguées avant fin 2017 (ministre)

Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a annoncé jeudi depuis la wilaya déléguée de Aïn Salah que son département présentera au Gouvernement, avant la fin de l'année en cours, des procédures "juridiques" en vue de "consacrer une véritable décentralisation dans la prise de décision" au niveau des wilayas déléguées.
Nous présenterons au Gouvernement, avant fin de 2017, plusieurs procédures juridiques en vue de "consacrer une véritable décentralisation dans la prise de décision" au niveau des wilayas déléguées" instituées en 2014, a déclaré M. Bedoui lors d'une rencontre avec les élus locaux de cette wilaya déléguée en présence du wali de Tamanrasset et nombre de secrétaires généraux de plusieurs départements ministériels.
Qualifiant de "pertinente" la décision du Président de la République relative à la création des wilayas déléguées dans le Sud, le ministre a relevé "l'amélioration du cadre de vie du citoyen et des domaines de développement dans ces régions en dépit "de nombreux obstacles liées essentiellement à la persistance de la mentalité de centralisation à laquelle il faut mettre un terme".
"Actuellement en phase de transition, les wilayas déléguées seront promues en wilayas à part entière sur la base d’une évaluation effectuée par le ministère ", a-t-il fait savoir ajoutant que l'objectif de la création de telles wilayas est de rapprocher les différents services administratifs du citoyen et créer une dynamique de développement et d’investissement.
Dans ce sens, M. Bedoui a exhorté les responsables et les élus de ces wilayas à œuvrer à la concrétisation d’une dynamique économique et d’investissement en s’appuyant sur les capacités naturelles et ressources humaines dont elles recèlent notamment la catégorie des jeunes.
Lors d’une visite d’inspection au complexe sportif à Ain Salah, le ministre a appelé également à l’exploitation des structures sportives et celles destinées aux loisirs comme les piscines en partenariat avec les opérateurs privés suivant un cahier de charges "permettant" de recruter les diplômés universitaires issus de cette région.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc - 33 activistes du Hirak comparaîtront devant la cour d’appel de Casablanca le 23 octobre prochain

Ces détenus et d’autres ont été arrêtés suite aux contestations qu’a connues le Rif, au nord du Maroc et qui avaient été déclenchés par la mort d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures fin octobre 2016 à Al Hoceïma. Selon le président de l'Association marocaine des droits de l'Homme, Ahmed Haij, leur nombre total se situe entre...

La privatisation ne touchera pas Naftal, Sonatrach, Sonalgaz, Air Algérie, SNVI et les banques publiques (Ahmed Ouyahia)

Pour le Premier ministre algérien, les banques publiques n’ont pas besoin de l’argent que leur rapporterait l’ouverture de 10 % de leur capital via la bourse. En revanche, a-t-il ajouté, la Bourse « a besoin de l’apport des chefs d’entreprises ».

Algérie - La CNEP, la BDL et la BADR lanceront leurs produits de finance islamique avant la fin de l’année (ministre)

Le ministre des Finances Abderrahmane Raouia, qui intervenait à l'Université du Forum des chefs d'entreprises (FCE), a rappelé que des banques, telles la Baraka, Al Salam, Trust ou encore AGB, proposaient déjà des produits islamiques.