Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

Algérie-Tomate industrielle: surplus de production et manque d’unités de transformation à Chlef

La filière de la tomate industrielle à Chlef a enregistré, durant cette saison, un bond considérable dans sa production dû à une hausse du rendement à l’hectare estimé entre 850 et 900 qx, ainsi qu'une augmentation de la surface exploitée de 600 ha à 1.076 ha actuellement.
Face à cette production en hausse, la wilaya de Chlef ne compte qu'une seule unité de transformation privée, qui peine à gérer le surplus de production provoquant le mécontentement des agriculteurs, irrités devant les longues files d’attente et inquiets des dégâts occasionnés à leur production, a-t-on constaté.
Cependant des efforts sont consentis par la direction des services agricoles (DSA) de la wilaya, selon le responsable du secteur, Mokhtar Belaid, afin de promouvoir une industrie de transformation et agroalimentaire dans cette région, dont la production prévisionnelle de tomate industrielle, pour la présente campagne, est estimée à 807.000 qx, au vue des conditions climatiques régnantes et de la hausse constatée au volet rendement, a-t-il affirmé.
Après s'être félicité des indices de production positifs de la filière, il a déploré le problème de transformation posé dans la wilaya, qui ne compte en tout et pour tout qu’une seule unité, accueillant en plus de la production de Chlef, celles d’Ain Defla et de Relizane.
Pour ce responsable, la tension enregistrée sur l’unique unité de transformation de la wilaya est due "à un murissement précoce de la récolte de tomate industrielle, dont le volume de production a dépassé toutes les prévisions, grâce notamment à l’usage des techniques du goûte à goûte et des engrais, conjuguées aux bonnes conditions climatiques", a-t-il expliqué.
Il a annoncé, en outre, une action de la DSA visant l’organisation de la récolte, ainsi que le recensement des pertes déclarées par les agriculteurs.
Selon le chargé du service commercial, Sadek Meriem Khorafa, l’unité de transformation en question a procédé au relèvement de ses capacités par la création d’une deuxième chaine de production, lui permettant ainsi l’accueil de 1.300 tonnes de tomates/jour, sachant que cette unité a conclu des contrats avec 198 agriculteurs de Chlef, Ain Defla et Relizane.
"Pour éviter un tassement de la production, un programme spécial a été fixé afin de permettre aux Fellahs de récolter leurs productions suivant les capacités de transformation de l’usine, les deux s’étant accordé sur une récolte de 12 qx/ha/J", a-t-il fait savoir.
Néanmoins, les agriculteurs, rencontrés par l’APS dans les files d’attente formées devant l’unité de transformation, ont exprimé leur mécontentement à l’égard de leurs pertes, estimant la tomate non récoltée à 60%.
Ils ont également évoqué les désagréments causés aux gros tonnages, dont l’attente dans les files peut aller jusqu’a 48h. Une durée qu'ils assurent suffisante au pourrissement des tomates. "De grandes quantités sont jetées dans les Oueds au vu des chaleurs régnantes", ont-ils déploré.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».