Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

Algérie:"Il n'existe aucun gel" des programmes de développement liés aux préoccupations quotidiennes du citoyen (ministre)

Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement de territoire, Noureddine Bedoui, a affirmé à Tamanrasset qu'il "n'existe aucun gel" des programmes de développement liés aux intérêts et préoccupations quotidiennes du citoyen.
"En application des directives du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, il n'existe aucun gel des programmes de développement qui concernent les intérêts et les préoccupations quotidiennes du citoyen, notamment dans le secteur de l'éducation nationale, le secteur de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la formation et l'enseignement professionnels, ainsi que les secteurs de santé, de l'habitat, de l'urbanisme", a déclaré M. Bedoui lors d'une réunion jeudi avec les cadres, les élus et les représentants de la société civile de la wilaya de Tamanrasset en présence des secrétaires généraux de différents départements ministériels.
"Les causes du retard de quelques projets de développement de la wilaya de Tamanrasset sont dus à la bureaucratie et autres au manque du sérieux et du travail de terrain des responsables chargés de suivre le déroulement de ces projets", a souligné le ministre.
Rappelant que sa visite à la wilaya de Tamanrasset et de la wilaya déléguée de Ain Salah s'inscrit dans le cadre du suivis de l'exécution des programmes de développement et la prise en charge des préoccupations du citoyen, M. Bedoui a réaffirmé qu'en application des directives du président de la République, l'Etat assurera la prise en charge de toutes les victimes des catastrophes naturelles (incendies/inondations).
En réponse à des préoccupations liées au développement de cette wilaya, M. Bedoui a promis de "constituer un comité ministériel de suivi permanent des projets" qui sera composé, a-t-il-précisé, des secrétaires généraux des ministères de l'Intérieur et des Collectivités locales, du Transport et des Travaux publics, de la Santé, de l'Habitat et de l'Environnement".
Le ministre a également mis en exergue la nécessité de "dynamiser la machine économique" des wilaya du Sud par l'adoption d'"une méthode d'organisation de qualité".

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc - 33 activistes du Hirak comparaîtront devant la cour d’appel de Casablanca le 23 octobre prochain

Ces détenus et d’autres ont été arrêtés suite aux contestations qu’a connues le Rif, au nord du Maroc et qui avaient été déclenchés par la mort d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures fin octobre 2016 à Al Hoceïma. Selon le président de l'Association marocaine des droits de l'Homme, Ahmed Haij, leur nombre total se situe entre...

La privatisation ne touchera pas Naftal, Sonatrach, Sonalgaz, Air Algérie, SNVI et les banques publiques (Ahmed Ouyahia)

Pour le Premier ministre algérien, les banques publiques n’ont pas besoin de l’argent que leur rapporterait l’ouverture de 10 % de leur capital via la bourse. En revanche, a-t-il ajouté, la Bourse « a besoin de l’apport des chefs d’entreprises ».

Algérie - La CNEP, la BDL et la BADR lanceront leurs produits de finance islamique avant la fin de l’année (ministre)

Le ministre des Finances Abderrahmane Raouia, qui intervenait à l'Université du Forum des chefs d'entreprises (FCE), a rappelé que des banques, telles la Baraka, Al Salam, Trust ou encore AGB, proposaient déjà des produits islamiques.