Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   TAP
  • dimanche 13 août 2017 18:46

Béji Caïd Essebsi recommande d’amender progressivement la loi sur l’héritage

 

Le président de la République Béji Caïd Essebsi a affirmé dimanche qu’il est aujourd’hui “possible et préconisé d’amender progressivement” la loi relative à l’héritage jusqu’à réaliser l’égalité parfaite entre l’homme et la femme.

Présidant au palais de Carthage une cérémonie à l’occasion de la Journée nationale de la femme, Béji Caïd Essebsi s’est dit confiant que les juristes tunisiens poursuivront l’élan réformateur et sauront trouver les formules adéquates qui ne s’opposent pas aux préceptes religieux ni aux principes constitutionnels, pour permettre l’instauration de l’égalité successorale.

“Il est désormais nécessaire de réformer le Code du Statut Personnel dans plusieurs de ses volets pour consacrer l’égalité entre les citoyennes et les citoyens conformément aux enseignements de l’Islam et à l’article 21 de la nouvelle Constitution tunisienne”, a-t-il plaidé.

Le président de la République a dans ce sens fait remarquer que de plus en plus de familles tunisiennes adoptent l’égalité dans l’héritage en optant pour la donation du vivant des parents. “”Il faut se féliciter de cette nouvelle orientation et l’encourager en vertu de la doctrine appelant à l’effort de réflexion (al-Ijtihad)”, a-t-il recommandé.

Il a par ailleurs appelé à la révision de la circulaire 73 qui concerne le mariage des Tunisiennes avec des non-musulmans; une législation qui constitue, a-t-il dit, “une entrave à la liberté de choisir son conjoint”. Il a dans ce sens évoqué l’article 6 de la Constitution qui garantit la liberté de croyance, de conscience et d’exercice des cultes et fait porter à l’Etat la responsabilité de les protéger.

Il a en outre annoncé la création d’une commission des libertés individuelles et de l’égalité au sein de la présidence de la République. Elle sera chargée d’élaborer un rapport sur les réformes relatives à cette question.

“Même si elle occupe des postes de responsabilité dans divers domaines et qu’elle a prouvé sa capacité à accomplir parfaitement toutes les missions, la femme tunisienne connait encore une réalité difficile marquée par la discrimination, l’injustice et l’oppression. Il est donc impératif d’œuvrer à réaliser l’égalité homme-femme, puisque l’égalité est le fondement de la justice et la base de la vie en communauté”, a-t-il insisté.

Il a à cet égard présenté des statistiques illustrant l’importance du rôle et de la place de la femme dans la société et l’économie tunisiennes: 50.2% de la population est composée de femmes, 60% des diplômés du supérieur sont des femmes, 60.52% de femmes dans le secteur de la médecine, 75.93% dans la médecine dentaire et la pharmacie, 50% dans l’ingénierie, 65% dans le génie agricole et le textile…

Béji Caïd Essebsi a en conclusion appelé à renforcer l’unité nationale afin de parachever le processus démocratique et de relever les défis économiques et sociaux qu’affronte le pays.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».