Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 26 Septembre 2017

Tunisie: La commission des libertés individuelles et de l’égalité tient sa première réunion

La commission des libertés individuelles et de l’égalité a tenu sa première réunion jeudi.
Sa présidente, Bochra Belhaj Hmida a déclaré à l’agence TAP que la méthodologie de travail et les objectifs fixés dans le décret présidentiel relatif aux libertés individuelles et à l’égalité homme-femme ont été à l’ordre du jour.
Pour rappel, la création de la commission des libertés individuelles et de l’égalité a été annoncée par le président Béji Caid Essebsi dans son discours dimanche dernier, jour de célébration de la fête nationale de la femme.
Objectif; trouver des formules adéquates, qui ne contredisent ni la constitution ni les valeurs de l’islam pour consacrer une égalité totale entre l’homme et la femme, en particulier, dans le domaine succesoral.
En moyenne, la commission se réunira deux fois par semaine et se basera sur le référentiel juridique et réglementaire relatif à l’égalité et aux libertés individuelles.
Dans son discours, le chef de l’Etat avait déclaré qu’il est aujourd’hui “possible et préconisé d’amender progressivement” la loi relative à l’héritage jusqu’à réaliser l’égalité parfaite entre l’homme et la femme.
Il a aussi appelé à la révision de la circulaire 73 qui concerne le mariage des Tunisiennes avec des non-musulmans; une législation qui constitue, a-t-il dit, “une entrave à la liberté de choisir son conjoint”, citant l’article 6 de la Constitution qui garantit la liberté de croyance, de conscience et d’exercice des cultes et fait porter à l’Etat la responsabilité de les protéger.
Les propositions de Caid Essebsi ont suscité des réactions discordantes. Alors que Certains partis l’ont favorablement accueilli, d’autres, ont déploré “des décisions improvisées qui ne tiennent compte ni des attentes des Tunisiens ni de la religion”.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Nouvelle circulaire de la Banque Centrale pour mieux gérer les risques de blanchiment d’argent

 La Banque centrale de Tunisie (BCT) a publié, le 19 septembre 2017, une nouvelle circulaire adressée aux banques et aux établissements financiers, pour mieux gérer les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, disponible sur son site web.

L’Algérie face à la crise : un Quantitative Easing pour quel Qualitative Easing? (contribution)

  Il n’y a pas de solutions miracles à une crise qui est la conséquence d’un aveuglement de plusieurs décennies, estime Othmane Benzaghou. Le recours au financement non-conventionnel n’est pas la panacée, le pays doit engager des réformes nécessaires parfois «douloureuses » mais qui peuvent sur cinq à dix ans inscrire l’Algérie dans sa modernité économique et celle de son environnement régional...

"La Tunisie vit au-dessus de ses moyens" selon le Pr Fatma Marrakchi Charfi (Entretien)

La Tunisie vit au-dessus de ses moyens, et la loi de finances 2018 constituera un véritable exercice d’équilibriste pour le nouveau gouvernement, confronté à une telle situation économique. C’est ce que pense Fatma Marrakchi Charfi, Pr universitaire en Sciences économiques, dans un entretien accordé à l’agence TAP.