Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 26 Septembre 2017

Algérie-Assurances: les tarifs et les franchises applicables aux effets des catastrophes naturelles fixés (JO)

Les paramètres de tarification, les tarifs et les franchises applicables en matière d’assurance des effets des catastrophes naturelles ont été fixés par un arrêté ministériel, publié dans le Journal officiel (JO) n 45.
Ainsi, les taux de prime ou cotisation sont déterminés à partir d'un taux de base intégrant les paramètres de mesure de l'exposition aux risques.
Le premier paramètre est relatif à la zone sismique, alors que le second repose sur la conformité aux règles parasismiques.
L'application de ce dernier paramètre s'effectue suivant l'une des deux (2) modalités qui sont les constructions conformes aux règles parasismiques algériennes et constructions non-conformes aux règles parasismiques ou dont la conformité n'a pu être vérifiée.
L'exposition se définit en fonction du classement de la zone sismique (zone 0, 1, 2a, 2b et 3) dans laquelle se trouve le bâti, ainsi que sur le niveau de la vulnérabilité de la construction, estimée en fonction du degré de respect des règles parasismiques.
Le ministère des finances a fixé les taux de prime ou de cotisation qui varient dans une fourchette allant de 0,55 pour mille pour un bien immobilier construit dans la zone 0 et jusqu'à 1,25 pour mille pour une construction dans la zone 3, tandis que pour les installations industrielles et/ou commerciales, le taux varie dans une fourchette allant de 0,37 pour mille dans la zone 0 et de 0,83 pour mille dans la zone 3.
Quant à la grille des tarifs, l'arrêté ministériel stipule que "le montant de la prime d’assurance ou de la cotisation, ne peut être inférieur à 1500 DA, pour l’assurance des biens immobiliers et à 2500 DA, pour l’assurance des installations industrielles et/ou commerciales".
Dans ce cadre, l'arrêté ministériel fixe le prix normatif du mètre carré (M2) bâti applicable pour la détermination des capitaux assurés en ce qui concerne les biens immobiliers .
Ce prix varie pour les logements individuels de 28.000 da (zone 0), 31.000 da (zone 1), 35.000 (zone 2 a), 39.000 da (zone 2b) et à 47.000 da (zone3) et pour les logements collectifs de 25.000 da (zone 0), 28.000 da (zone1), 31.000 (zone 2 a), 35.000 (zone 2b) et à 38.000 da (zone3).

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Nouvelle circulaire de la Banque Centrale pour mieux gérer les risques de blanchiment d’argent

 La Banque centrale de Tunisie (BCT) a publié, le 19 septembre 2017, une nouvelle circulaire adressée aux banques et aux établissements financiers, pour mieux gérer les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, disponible sur son site web.

L’Algérie face à la crise : un Quantitative Easing pour quel Qualitative Easing? (contribution)

  Il n’y a pas de solutions miracles à une crise qui est la conséquence d’un aveuglement de plusieurs décennies, estime Othmane Benzaghou. Le recours au financement non-conventionnel n’est pas la panacée, le pays doit engager des réformes nécessaires parfois «douloureuses » mais qui peuvent sur cinq à dix ans inscrire l’Algérie dans sa modernité économique et celle de son environnement régional...

"La Tunisie vit au-dessus de ses moyens" selon le Pr Fatma Marrakchi Charfi (Entretien)

La Tunisie vit au-dessus de ses moyens, et la loi de finances 2018 constituera un véritable exercice d’équilibriste pour le nouveau gouvernement, confronté à une telle situation économique. C’est ce que pense Fatma Marrakchi Charfi, Pr universitaire en Sciences économiques, dans un entretien accordé à l’agence TAP.