Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 26 Septembre 2017

Algérie-Aïd El Adha: désignation de 45 points de vente de moutons à Constantine

Au total 45 points de vente réglementés ont été désignés pour la vente du cheptel ovin à travers la wilaya de Constantine, en prévision de la fête de l'Aïd El-Adha, a indiqué mercredi le directeur des services agricoles, Yacine Ghediri.
Ces sites qui ont été officiellement autorisés à la vente du cheptel ovin conformément à un arrêté de wilaya, sont généralement des lieux où se tient le marché hebdomadaire, a précisé le même responsable.
La sortie de la nouvelle ville Ali Mendjeli menant vers la commune d’Ain Smara, les 4 chemins et les fermes pilotes El Baaraouia et Kadri (El Khroub), le 7éme kilomètre et la cité Chaab R'sas (Constantine), la route du village Mihoubi dans la commune de Zighoud Youcef, les fermes pilotes Belkerfa à Ain Smara, Rehal Benboudani à Ibn Ziad, la mechta de Kehalcha Kebar et l’espace situé à proximité du stade communal d’Ain Abid, figurent parmi les sites qui ont été réservés dans cette wilaya à la vente des moutons, a-t-il ajouté.
Cette mesure a été prise, selon la source, pour mettre fin à l’anarchie qui caractérise traditionnellement cette activité à l’approche de la fête du sacrifice.
Par ailleurs, l’inspection vétérinaire relevant de la DSA a mis en place un dispositif de contrôle mobilisant 40 médecins vétérinaires, chargés des examens sanitaires du cheptel ovin proposés à la vente, ajoute M. Ghediri.
Des actions de prévention et de sensibilisation sur les dangers du kyste hydatique ont été également lancées par cette équipe de vétérinaires avec la collaboration des services des bureaux communaux d’hygiène qui ont pour mission d’intervenir dans des abattoirs, des marchés à bestiaux et au niveau des sites autorisés pour la vente du cheptel, a-t-il fait remarquer.
Les services de l'inspection vétérinaire expliquent à ce titre que l'objectif de cette campagne de sensibilisation, menée chaque année à l'approche de la fête du sacrifice, est d'inciter le consommateur à se rapprocher des points de vente autorisés et à se conformer aux instructions notamment en matière d'abattage contrôlé.
Des permanences vétérinaires sont également prévues, le jour de l’Aïd, à la DSA et à travers les différentes daïras de la wilaya, où des vétérinaires sont appelés à intervenir à la demande des citoyens, a-t-on encore signalé de même source.

APS

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Nouvelle circulaire de la Banque Centrale pour mieux gérer les risques de blanchiment d’argent

 La Banque centrale de Tunisie (BCT) a publié, le 19 septembre 2017, une nouvelle circulaire adressée aux banques et aux établissements financiers, pour mieux gérer les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, disponible sur son site web.

L’Algérie face à la crise : un Quantitative Easing pour quel Qualitative Easing? (contribution)

  Il n’y a pas de solutions miracles à une crise qui est la conséquence d’un aveuglement de plusieurs décennies, estime Othmane Benzaghou. Le recours au financement non-conventionnel n’est pas la panacée, le pays doit engager des réformes nécessaires parfois «douloureuses » mais qui peuvent sur cinq à dix ans inscrire l’Algérie dans sa modernité économique et celle de son environnement régional...

"La Tunisie vit au-dessus de ses moyens" selon le Pr Fatma Marrakchi Charfi (Entretien)

La Tunisie vit au-dessus de ses moyens, et la loi de finances 2018 constituera un véritable exercice d’équilibriste pour le nouveau gouvernement, confronté à une telle situation économique. C’est ce que pense Fatma Marrakchi Charfi, Pr universitaire en Sciences économiques, dans un entretien accordé à l’agence TAP.