Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 26 Septembre 2017

  •   TAP
  • dimanche 20 août 2017 09:53

Tunisie : De nouveaux éléments dans l’affaire Chokri Belaid prochainement divulgués

Mohamed Jemour, dirigeant du parti des patriotes démocrates unifié et membre du collectif de défense dans l’affaire de l’assassinat du martyr Chokri Belaid, a affirmé “l’existence de nouveaux éléments qui seront divulgués prochainement et sur lesquels la défense est en train de travailler”.

Dans une déclaration, samedi, à l’agence TAP, Jemour a indiqué que le collectif de défense est en train d’interagir avec la décision de clôture de l’enquête préparée dernièrement par le juge d’instruction. Cette décision a été transférée devant la chambre d’accusation et sera examinée au cours de l’audience prévue en septembre prochain, a-t-il ajouté.

Cette partie du dossier concerne les individus en fuite impliqués dans l’assassinat de Chokri Belaid, a-t-il dit, précisant que le juge d’instruction a mené des travaux d’extrapolation dont il avait été chargé par la chambre d’accusation de la Cour d’appel.

Selon lui, l’imam de la mosquée de la cité el Khadra a été arrêté après son extradition par les autorités saoudiennes et serait en lien avec le dossier. Dans une première phase de l’instruction, il a été entendu en tant que témoin, a-t-il ajouté.

Il a, par ailleurs, indiqué que le fait d’ “accuser le mouvement Ennahdha d’être impliqué moralement et politiquement” dans l’assassinat de Chokri Belaid “ne veut pas dire que ce parti a une responsabilité pénale” dans cette affaire.

“Déterminer une responsabilité pénale exige des preuves irréfutables et le collectif de défense refuse de mettre en jeu sa crédibilité”, a-t-il lancé.

Par contre, “les Tunisiens se doivent de connaitre la vérité s’il y a preuve d’une quelconque implication d’une partie politique ou qu’il s’agit d’un crime d’Etat. Le collectif de défense ne ménagera, alors, aucun effort pour révéler la vérité”, a soutenu Mohamed Jemour.

Il a rappelé que la défense avait adressé, en juin dernier, une correspondance au rapporteur spécial des Nations Unies chargé de l’indépendance des juges et des avocats et lui a fourni “un rapport sur l’affaire de l’assassinat de Chokri Belaid”.

Le rapport souligne que le juge d’instruction qui était en charge de l’affaire et qui a été, ensuite, promu procureur de la République n’a pas fait preuve de professionnalisme et d’impartialité comme l’exigent les normes internationales relatives à l’indépendance de la magistrature, a-t-il précisé.

Il a fait savoir que le collectif de défense est déterminé à assurer le suivi du dossier de l’assassinat de Chokri Belaid, vu la gravité de l’affaire, appelant les autorités à assumer leur responsabilité, notamment le président de la République, garant de la Constitution, ainsi que les ministres de la Justice et de l’Intérieur.

Chokri Belaid, avocat, opposant de gauche et ancien secrétaire général du PPDU, avait été assassiné, le 6 février 2013, au pied de son immeuble.

 

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Nouvelle circulaire de la Banque Centrale pour mieux gérer les risques de blanchiment d’argent

 La Banque centrale de Tunisie (BCT) a publié, le 19 septembre 2017, une nouvelle circulaire adressée aux banques et aux établissements financiers, pour mieux gérer les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, disponible sur son site web.

L’Algérie face à la crise : un Quantitative Easing pour quel Qualitative Easing? (contribution)

  Il n’y a pas de solutions miracles à une crise qui est la conséquence d’un aveuglement de plusieurs décennies, estime Othmane Benzaghou. Le recours au financement non-conventionnel n’est pas la panacée, le pays doit engager des réformes nécessaires parfois «douloureuses » mais qui peuvent sur cinq à dix ans inscrire l’Algérie dans sa modernité économique et celle de son environnement régional...

"La Tunisie vit au-dessus de ses moyens" selon le Pr Fatma Marrakchi Charfi (Entretien)

La Tunisie vit au-dessus de ses moyens, et la loi de finances 2018 constituera un véritable exercice d’équilibriste pour le nouveau gouvernement, confronté à une telle situation économique. C’est ce que pense Fatma Marrakchi Charfi, Pr universitaire en Sciences économiques, dans un entretien accordé à l’agence TAP.