Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 20 Novembre 2017

Algérie-UE:le projet de jumelage institutionnel va profiter durablement à l'économie algérienne (Françoise Ror)

Le projet de jumelage institutionnel entre l'Algérie et l'Union Européenne (UE) va apporter un profit durable pour l'économie et l'industrie nationales, ainsi que toute la société algérienne en général, a estimé, mardi à Blida, la présidente de ce projet, Françoise Ror.
Dans une intervention au séminaire consacré au lancement d'un pôle de compétitivité Agroalimentaire dans la Mitidja, abrité par l'université Saâd Dahleb de Blida, Mme Ror a soutenu que ce projet de jumelage signée entre les entreprises algériennes et leurs homologues européennes (France, Espagne et Finlande), portant notamment sur la création de pôles de compétitivité, va apporter un important profit pour l'économie algérienne.
Ajoutant que les experts européens vont partager leur expérience avec leurs homologues algériens, en vue de la création de ces pôles, qui constitueront une base pour différents partenariats commerciaux et technologiques, entre autres, avec d'autres pôles et groupes français, espagnoles et finlandais.
Outre la diversification de l'économie algérienne, ce jumelage, financé par l'UE et inscrit au titre de la stratégie de soutien à l'innovation industrielle, va contribuer au rapprochement des compétences et l'émergence d'un produit de qualité aux normes internationales, facile de commercialisation, a-t-elle ajouté.
A son tour, le président du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja, Kamel Moula a souligné le grand intérêt de ce projet pour l'avenir de la région, en particulier, et l'Algérie de façon générale.
La Mitidja est un champ d'activités multiples, avec un potentiel inestimable, notamment en matière d'agriculture et d'entreprises en agroalimentaire, constituant un climat d'affaires des plus encourageants pour l'innovation, a-t-il ajouté.
Il a, en outre, fait part de l'adhésion de 300 entreprises de quatre (4) wilayas du pays (Boumerdes, Alger, Tipasa et Blida) à cette initiative, au moment ou le comité représentatif du Pôle compte 50 entreprises et organismes.
Ce séminaire, dont l'ouverture a été assurée par le ministre de l'Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a vu l'animation de nombreuses communications par des experts algériens et européens, avec la présentation d'un nombre d'expériences en matière de pôles de compétitivité créés en Europe.

APS


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Plus de 220 millions de personnes sous-alimentées en Afrique subsaharienne (FAO)

Au cours de la première décennie du millénaire, l'Afrique subsaharienne a réalisé des progrès remarquables dans la lutte contre la faim mais la situation a changé entre les années 2015 et 2016.

Pendant ce temps au Maroc: L’industrie du cinéma est une chose sérieuse

Le nombre croissant de tournages qui ont rapporté quelque 280 millions de dirhams (3,4 milliards de dinars) qui ont été investis par des étrangers en 2016.

Algérie : Les partis de l’opposition réagissent à l’annulation de l’Impôt sur la fortune

Les partis politiques de l'opposition critiquent le retrait par la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) de l'impôt sur la fortune du projet de loi de finances 2018. Ils  qualifient cette démarche de "décision populiste " qui intervient dans le contexte des élections locales.