Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 20 Novembre 2017

Crimes de guerre au Yémen : Pas le moment d'enquêter, estime l'Arabie saoudite

Les conditions sur le terrain ne sont pas propices à l'ouverture d'une enquête indépendante pour déterminer si des crimes de guerre ont été commis au Yémen, a estimé mercredi l'ambassadeur d'Arabie saoudite à Genève, en réponse à la demande du haut commissaire de l'Onu aux droits de l'homme.
L'Arabie saoudite, impliquée militairement au Yémen depuis mars 2015, a formé une coalition internationale pour combattre les rebelles chiites Houthi qui tiennent Sanaa, la capitale, ainsi que la majeure partie du Nord-Ouest, et pour rétablir le gouvernement internationalement reconnu dans ses fonctions.
Les Pays-Bas et le Canada sont favorables à l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu réclamant la mise sur pied d'une commission d'enquête internationale. Outre le moment, selon lui mal choisi, l'ambassadeur saoudien Abdelaziz Alouassil a jugé qu'une commission yéménite serait mieux à même de procéder à ces investigations.
"Nous coopérons pour parvenir, espérons-le, à un compromis", a-t-il déclaré à la presse. "Nous n'avons rien contre une commission d'enquête. Nous avons seulement une discussion à propos du calendrier, pour déterminer si c'est le bon moment de mettre sur pied une commission internationale, étant donné les difficultés sur le terrain", a ajouté le diplomate.
Zeid Ra'ad al Hussein, haut commissaire de l'Onu aux droits de l'homme, réclame de longue date l'ouverture d'une enquête indépendante et juge qu'elle ne peut être menée par une commission yéménite. Il a déploré lundi que peu d'efforts aient été déployés en ce sens, alors que les Nations unies estiment que le conflit a donné lieu à la crise humanitaire la plus grave à l'heure actuelle.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Plus de 220 millions de personnes sous-alimentées en Afrique subsaharienne (FAO)

Au cours de la première décennie du millénaire, l'Afrique subsaharienne a réalisé des progrès remarquables dans la lutte contre la faim mais la situation a changé entre les années 2015 et 2016.

Pendant ce temps au Maroc: L’industrie du cinéma est une chose sérieuse

Le nombre croissant de tournages qui ont rapporté quelque 280 millions de dirhams (3,4 milliards de dinars) qui ont été investis par des étrangers en 2016.

Algérie : Les partis de l’opposition réagissent à l’annulation de l’Impôt sur la fortune

Les partis politiques de l'opposition critiquent le retrait par la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) de l'impôt sur la fortune du projet de loi de finances 2018. Ils  qualifient cette démarche de "décision populiste " qui intervient dans le contexte des élections locales.