Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

Algérie-Conjoncture économique: le message d'espoir et de sérénité du gouvernement "est réaliste" (Ouyahia)

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a affirmé mercredi à Alger que "le message d'espoir et de sérénité politique" adressé par le gouvernement au peuple algérien en cette conjoncture économique difficile, est un message "réaliste".
"J'adresse aux Algériens un message d'espoir et de sérénité politique reposant sur des bases réalistes que nous aurons l'occasion d'expliquer ultérieurement", a indiqué M. Ouyahia dans une déclaration à la presse au lendemain de sa réunion avec les chefs des partis de la majorité parlementaire consacrée à l'examen des grands axes du Plan d'action du gouvernement.
Soulignant que "l'Algérie jouit aujourd'hui d'une liberté d'expression rare et évolue en tant que pays en développement avec ses difficultés et ses succès sous la conduite du Président Abdelaziz Bouteflika", le Premier ministre a ajouté que "la politique éclairée tracée par le Chef de l’État a permis de trouver une sortie à l'impasse financière qu'a connu le pays et partant, poursuivre le processus de développement et préserver la politique sociale, la justice sociale et la solidarité nationale".
Après avoir rappelé que l'Algérie a opté depuis plus de vingt ans pour le pluralisme politique et dispose aujourd'hui d'institutions élues représentatives, M. Ouyahia a souligné que "c'est l'un des rares pays dans le monde dont le parlement est composé de 35 partis politiques". Cette diversité, est une richesse pour l'Algérie, a-t-il estimé.
Pour le Premier ministre, le débat politique sur la conjoncture économique difficile que traverse le pays et les tentatives d'exacerbation du climat politique s'expliquent par l'approche des échéances électorales, ajoutant que "certains saisissent l'occasion pour leurs précampagnes électorales".
Évoquant le Plan d'action du gouvernement, qui sera exposé dimanche prochain devant les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Ouyahia a affirmé que l'objectif premier de ce texte "très riche est de parachever la mise en œuvre du programme du Président Bouteflika, plébiscité par le peuple en 2014", saluant les étapes franchies sur la voie de sa concrétisation durant les trois dernières années et demi à travers le nouveau modèle de croissance approuvé en Conseil de ministres en 2016, la politique de rétablissement des équilibres financiers internes et l'orientation donnée en juin dernier par le président de la République pour promouvoir le financement non conventionnel, objet d'un projet de loi qui sera soumis à l'APN.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.