Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

Tunisie: Des partis forment une “coordination en dehors du pouvoir” pour “défendre le pluralisme”

Des partis politiques centristes, nationalistes et islamistes ont annoncé la formation d’une “coordination de partis en dehors du pouvoir” qui “défend le pluralisme”, “prône la démocratie” et se propose de participer à la révision de la législation organisant les partis en Tunisie.
Selon un communiqué de la coordination, les partis réunis samedi à Tunis ont “discuté du projet du gouvernement visant l’élaboration du nouveau cadre juridique régissant les partis politiques”. Ont pris part à la réunion, les partis du Front populaire unioniste, d’Al Wifak (le consensus), d’Al Yassar Al Hadith (gauche moderne), d’Arrafah (le bien être), de Tounès Ezzeitouna, du Courant écologique pour la coexistence pacifique et d’Al-Oumma.
Parmi ces partis, le Front populaire unioniste est d’obédience nationaliste arabe nassérien. Al Wifak se définit comme étant ” un parti Centriste nationaliste plaidant pour un projet de Société, visant à l’approfondissement de la démocratie et de la citoyenneté “.
Le parti Arrafah qui se dit islamiste moderniste, a appelé lors de la première réunion de son comité constitutif à Sfax à l’organisation d’un référendum sur la polygamie pour “contrer le mariage coutumier dans la société tunisienne”.
Légalisé en février 2014, le parti ” Tounès Ezzeitouna “, une petite formation rigoriste, a pour programme; le droit à la polygamie, l’interdiction de l’adoption parentale, le rétablissement des juridictions choraïques, assorti de l’application de la Charia, et la séparation entre garçons et filles dans les établissements d’enseignement.
Le Courant écologique pour la coexistence pacifique dont l’annonce de création a été faite, le 4 septembre dernier, par le ministère de la Relation avec les Instances constitutionnelles et la société civile porte à 208 le nombre des partis en Tunisie.
Le ministère de la Relation avec les Instances constitutionnelles, la Société civile et des Droits de l’Homme avait annoncé le lancement le 12 septembre dernier d’une consultation nationale sur l’élaboration d’un nouveau cadre juridique régissant les partis politiques conformément aux standards internationaux.
Selon le ministère, la consultation sera consacrée à l’examen des principaux obstacles entravant l’application du décret-loi n°87 de l’année 2011 portant organisation des partis politiques.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Libye : le HCR dénonce les abus dont sont victimes les réfugiés et les migrants à Sabratha

  Pour le HCR, la situation à Sabratha montre une fois de plus la nécessité d'une action internationale et souligne le prix élevé que doivent payer les réfugiés.

Les énergies renouvelables, une nécessité pour l’économie tunisienne (ministre)

De son côté, la Directrice générale adjointe de la BAD pour la région de l’Afrique du Nord, a souligné que la transition énergétique constitue une opportunité pour l’Afrique.

Le développement de l’agriculture, une solution pour prévenir les conflits (FAO)

 « Le G7 a permis de refocaliser notre attention sur le besoin de rendre les systèmes alimentaires plus durables grâce aux approches territoriales », a déclaré le directeur général de la FAO.