Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

La Tunisie importe 75.000 tonnes de blé dur, 50.000 tonnes de blé tendre et 50.000 tonnes d'orge fourrager

La Tunisie a finalisé, jeudi, l’importation de 75 mille tonnes de blé dur, 50 mille tonnes de blé tendre et 50 mille tonnes d’orge fourrager, a indiqué le directeur de l’approvisionnement à l’Office national des céréales (ONC), Abdessattar Fehri, dans une déclaration à l’agence TAP.
Fehri a précisé que le marché relatif au blé dur a été remporté par les multinationales Casillo Commodities et Euro Agricola à un prix de l’ordre de 285 dollars la tonne. Celui relatif au blé tendre a été attribué au groupe Cofco, à 208 dollars la tonne. Le marché relatif à l’orge fourrager a été conclu avec la société Glencore, à 209 dollars la tonne.
Abdessattar Fehri a fait remarquer que la Tunisie a importé jusque-là près de 90% des quantités prévues par le programme d’importation fixé pour l’année 2017, faisant savoir que le pays importe 40% de ses besoins en blé dur, 85% de ses besoins en blé tendre et 50% en orge fourrager.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».