Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

Algérie-Pomme de terre: le ministère de l'Agriculture appelé à appliquer le décret définissant la traçabilité du produit

L'Association algérienne de protection du consommateur a appelé dimanche le ministère de l'Agriculture, du développement rural et de la pêche à accélérer l'application des dispositions du décret exécutif N 16-66 du 16 février 2016 définissant le modèle du document tenant lieu de facture, permettant d'assurer la traçabilité du produit et de mettre fin à l'intervention d'intermédiaires, aux fluctuations d'approvisionnement et à la spéculation.
La mise en œuvre des dispositions de ce décret "permettra de mettre fin à l'intervention d'intermédiaires, aux fluctuations d'approvisionnement et à la spéculation", a précisé l'association qui a appelé le ministre de l'Agriculture, Abdelkader Bouazghi à "prendre les mesures nécessaires pour mettre fin au problème de la hausse des prix de la pomme de terre", à travers l'activation du rôle des offices de fruits et de légumes et le déstockage de quantités considérables de pomme de terre pour approvisionner le marché.
Cette mesure contribue à assurer la stabilité des prix de la pomme de terre et à protéger le pouvoir d'achat des consommateurs, ajoute le communiqué.
Le prix de la pomme de terre, cédée à 70 DA/kg, est en hausse par rapport au pouvoir d'achat des citoyens, a estimé l'association, incombant cette hausse non justifiée aux mandataires qui ont la mainmise sur l'approvisionnement des marchés en cette matière.
Le ministère de l'Agriculture a procédé dimanche au déstockage d'un million de quintaux de pomme de terre des chambres froides, a annoncé le ministère lors d'un communiqué.
Cette opération a été lancée pour la période de soudure octobre-novembre 2017 dans le cadre de la régulation de la filière de la pomme de terre à travers les opérateurs stockeurs encadrés par l'Office national interprofessionnel des légumes et viandes (Onilev).
Selon le ministère, une croissance soutenue de la production nationale de la pomme de terre a été enregistrée en passant de 2,6 millions de tonnes en 2009 à 4,8 millions de tonnes en 2016.
La superficie réservée à la production de pomme de terre est passée de 105.000 ha en 2009 à plus de 150.000 ha actuellement.
Il est prévu de passer à une production de six (6) millions de quintaux à l'horizon 2019.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: Le prix du Brent monte à près de 75 dollars, à son plus haut niveau depuis 2014

  Les stocks de pétrole brut ont reculé selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'enquête britannique pour corruption viserait un marché impliquant l'aéroport d'Alger, selon Ultra Electronics

     En mars 2018, la SGSIA a lancé un appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire et la société britannique, après soumission, a obtenu le marché. 

Bamako rappelle ses diplomates en Algérie pour consultation au sujet de la situation des ressortissants maliens

  Le ministre malien des Affaires étrangère a « demandé à ses concitoyens qui ne se sentent pas en sécurité de quitter l'Algérie ».