Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Novembre 2017

Algérie-Luxembourg: vers la mise en place d'un plan d'action pour encourager les échanges économiques

Un plan d’action sur les opportunités de partenariat économique entre l'Algérie et le Grand-Duché de Luxembourg sera mis en place prochainement pour favoriser les échanges et approfondir les liens économiques entre les deux pays, a annoncé la Chambre de commerce luxembourgeoise.
Fort du succès du séminaire sur les "opportunités d'affaires en Algérie" organisé lundi à Luxembourg, le premier du genre, le directeur des relations internationales de la Chambre de commerce luxembourgeoise, Jeannot Erpelding a indiqué qu'"un plan d'action ciblé sur les opportunités de partenariat" entre les deux pays est en cours d'élaboration.
Un agenda spécifique pour l'année 2018  est en cours de préparation afin d'encourager les relations d'affaires entre les deux pays à travers l'échange de délégations, la participation aux salons spécialisés et la conclusion d'un accord entre la Chambre algérienne de commerce et d'industrie (CACI) et la Chambre de commerce luxembourgeoise pour  promouvoir les échanges, selon une source diplomatique.
Lors de ce séminaire organisé avec le soutien de l’ambassade d’Algérie à Bruxelles et en collaboration avec la représentation économique belge à Alger, le président de la CACI Internationale et directeur du FCE International, Kacem Ait Yaala a présenté aux entreprises luxembourgeoises spécialisées entre autres, dans les secteur de l’Eau, de l’Energie renouvelable, de l'Engineering et du Numérique, les indicateurs économiques de l’Algérie et les opportunités de partenariat à développer dans le cadre des objectifs de développement des outils de production et de la  diversification de l’économie nationale.
Il a soutenu, dans ce contexte, que l'Algérie est "la prochaine région du monde à émerger", mettant en exergue son "positionnement géostratégique", la "volonté politique" de ses dirigeants et la qualité de son infrastructure "prête" et "en développement continue".
M. Ait Yaala a souligné, à ce titre, que la dette extérieure de l'Algérie est "quasi inexistante", relevant l'importance de son marché domestique et régional "pouvant supporter les investissements".
De nombreuses dispositions favorables aux entreprises ont été prises par les pouvoirs publics algériens pour encourager l'acte d'investir, a-t-il rappelé, citant à ce propos l'exonération des droits de douanes et la franchise de la TVA pour les biens et services importés et entrant directement dans la réalisation de l’investissement, ainsi que l'exemption du droit de mutation à titre onéreux et de la taxe de publicité foncière, pour toutes les acquisitions immobilières effectuées dans le cadre de l’investissement concerné.
Il a également mis en exergue l'abattement de 90% sur le montant de la redevance locative annuelle fixée par les services des domaines pendant la période de réalisation de l’investissement, l'exonération de la taxe foncière sur les propriétés immobilières entrant dans le cadre de l’investissement pour une période de dix ans et des droits d’enregistrement frappant les actes constitutifs de société et les augmentations de capital.
Durant la phase d'exploitation, a-t-il poursuivi, les entreprises peuvent également bénéficier d'une exonération de l’impôt sur le bénéfice des sociétés, de la taxe sur l’activité professionnelle et d'un abattement de 50% sur le montant de la redevance locative annuelle fixée par les services des domaines.
Les investissements réalisés dans des localités relevant du Sud et des Hauts plateaux ainsi que toute autre zone dont le développement nécessite une contribution particulière de l’Etat, bénéficient de plus d'avantages, a-t-il ajouté.
Les intervenants luxembourgeois représentés par l’Office d’assurance-crédit à l’export "Ducroire" et la représentation économique belgo-luxembourgeoise à Alger ont pour leur part exposé les outils de soutien et d’information que leurs institutions respectives mettent à disposition des entreprises luxembourgeoises dans leurs démarches de prospection et d’implantation en Algérie, mettant en exergue l'environnement sécuritaire "stable" du pays et une dette étrangère "très faible".
L’entreprise luxembourgeoise BIMEX, spécialisée dans la production et la fourniture de matériels relatifs aux réseaux d'eau, présente en Algérie depuis plus d’une quinzaine d’année, a apporté aux entreprises participant au séminaire un "témoignage positif" sur son expérience sur le marché national.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Rencontre Me Ksentini- Bouteflika : La présidence de la République dément "catégoriquement"

"La présidence de la République dément catégoriquement, autant la véracité de l'audience que celle du contenu qui lui est accolé et considère qu'il s'agit là de pures affabulations".

Des champions nationaux [ LE BLOG ECO ]

Comment construit-on un tissu industriel performant ? La question paraît simple mais elle est au cœur de vastes débats académiques et politiques depuis plusieurs décennies.

Pour Hafid Derradji, Bouteflika n’a pas reçu Farouk Ksentini pour parler du 5e mandat

  Les déclarations de l’ex-président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme (CNCDDH), dissoute, Me Farouk Ksentini indiquant que le président de la République Abdelaziz Bouteflika souhaite briguer un 5è mandat ont fait réagir le célèbre commentateur sportif Hafid Derradji.