Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

Tunisie: "Bizerte Smart City" participe au Congrès mondial des villes intelligentes à Barcelone

La Tunisie participe, du 14 au 16 novembre à Barcelone, au Smart City World Congress, un des plus grands événements mondiaux dans le domaine des connaissances, technologies et solutions pour les villes intelligentes qui adoptent les technologies susceptibles d’améliorer la qualité de vie de leurs habitants.
Un stand de 60 m², regroupant plus de trente entreprises, associations et institutions tunisiennes partenaires, sera aménagé par l’association “Bizerte 2050” à ce congrès mondial qui accueillera 650 exposants de 120 pays et plus de 17 mille visiteurs attendus.
“L’objectif de cette participation est de positionner Bizerte en tant que ville intelligente leader en Tunisie et ville motrice en Afrique à l’instar de nombre de villes à travers le monde tels que Londres, Barcelone, Singapour,… “, a indiqué le président de l’association qui conduit ce projet.
Le projet Bizerte Smart City vise à faire de Bizerte une ville à énergie positive avec une croissance verte et ce, à travers l’identification des grands travaux d’infrastructures et l’identification d’un plan d’actions détaillé et la création d’une feuille de route permettant d’attirer de nouveaux investissements notamment dans les secteur des TIC et des énergies renouvelables.
L’idée consiste à créer un pôle de compétence régional dédié aux énergies renouvelables, créer un incubateur privé dédié aux startups dans le domaine des énergies renouvelables et des smart cities, ainsi que l’aménagement d’une zone industrialo-portuaire dédiée aux énergies renouvelables et l’implantation de nouvelles entreprises opérant dans les TICs à Bizerte.
Le choix de Bizerte s’est fait en se basant sur les potentialités que renferme la région : énergie renouvelable, ressources naturelles (lacs, forets, plages,..), infrastructure (ponts, parcs de développement, ports,…) et investissements étrangers.
Le concept “Smart City” définit une ville où le développement est durable et où la qualité de vie est élevée. Concrètement, les “Smart Cities” s’intéressent à des secteurs très variés, tels que la mobilité urbaine, l’énergie, l’environnement, les équipements publics, le bâtit intelligent et durable, les infrastructures numériques, la communication digitale, les objets connectés, le vieillissement de la population, l’e-santé,…La technologie n’est pas l’idée directrice des villes intelligentes. Le citoyen est celui qui est au cœur du projet. Il est directement impliqué en tant que cible et acteur et doit comprendre que “la ville lui appartient”.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...