Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

Tunisie: La situation dans le pays nécessite des élections anticipées (Hammami)

La situation dans le pays, nécessite l’organisation des élections législatives et présidentielles anticipées, a affirmé mardi, à Tunis, le porte parole du Front populaire Hamma Hammami.
Cette situation, qui se caractérise par la dégradation des services publics dont la santé et l’éducation, la détérioration de l’infrastructure, la hausse du chômage et l’adoption de choix ne servant qu’un nombre limité de familles tunisiennes, exige des élections anticipées en vue de rétablir la confiance dans le gouvernement actuel ou instaurer un nouveau système de gouvernance capable de rétablir la situation économique, politique et sociale dans le pays, a-t-il ajouté, lors d’une conférence de presse consacrée à une lecture critique du projet de la loi de finances et du budget de l’Etat de 2018.
Ce projet, qui propose une augmentation des impôts et le gel du recrutement dans la fonction publique, ” est catastrophique “, étant donné qu’il est le fruit des instructions de l’UE (Union européenne)et des institutions financières internationales et à leur tête le Fonds monétaire international, a-t-il encore dit.
Ce document reflète particulièrement, l’échec de la coalition au pouvoir dans l’élaboration d’un programme clair, capable de traiter les problèmes épineux que connait le pays actuellement. Pour Hammami, cette coalition ne défend que ses intérêts afin de perdurer au pouvoir.
De son côté, le secrétaire général du Parti des patriotes démocrates unifié (PPDU), Zied Lakhdhar a noté que les points adoptés par le gouvernement dans le cadre du projet de budget de l’Etat de 2018 consacreront une pression fiscale supplémentaire, ne manqueront pas d’approfondir le problème du chômage et donneront lieu à des mesures douloureuses pour les classes sociales moyenne et à faible revenu.
Les mesures et décisions que la coalition au pouvoir cherche à faire adopter servent les intérêts de certains lobbies disposant du pouvoir, selon lui.
Ces lobbies ne représentent qu’une partie infime ne dépassant pas les 10% de la population tunisienne, a-t-il indiqué, ajoutant que le front populaire compte intensifier ses efforts pour défendre toutes les classes ouvrières dans le pays.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...