Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   ME/Kapitalis
  • samedi 18 novembre 2017 13:22

Tunisie : Tunisie Télécom va couvrir toutes les zones blanches non couvertes par Internet


L’opérateur historique tunisien Tunisie Telecom s’est engagé à mettre fin aux zones blanches, non couvertes par le réseaux Internet, dans 15 gouvernorats.
C’est l’objet de l’accord signé vendredi 18 novembre 2017, à Tunis, par Anouar Maarouf, ministre des Technologies de l’Information et de l’Economie numérique, et Fadhel Kraïem, Pdg de Tunisie Telecom, qui a été le seul opérateur à soumissionner à l’appel à projet, lancé le 14 mars dernier, pour couvrir toutes les zones blanches encore persistante et en finir ainsi avec la fracture numérique dans le pays.
Il s’agit de connecter au réseau très haut débit 112 délégations dans 15 gouvernorats, opération qui sera menée en 6 phases et profitera à 180.000 habitants, 164 écoles et 59 centres hospitaliers de base.
Selon le communiqué publié hier par Tunisie Telecom, le débit de la connexion Internet sera de 4 mégabits par seconde pour l’utilisateur physique et de 6,5 mégabits pour les écoles et les centres hospitaliers de base, dans une 1ère étape, et de 8 mégabits par seconde, dans une seconde étape.
Pour permettre de remédier à cette carence numérique et aider à impulser les activités dans les zones enclavées, grâce à la connexion au réseau Internet, l’Etat a alloué un budget de 50 millions de dinars tunisiens (MDT).
En tant qu’opérateur historique et qui a un statut de service public, Tunisie Telecom se doit d’œuvrer avec un esprit citoyen pour étendre la couverture de son réseau sur toutes les régions du pays, y compris les moins peuplées et qui sont les moins rentables, a indiqué Fadhel Kraïem, qui a rappelé que l’opérateur national est présent dans toutes les régions depuis plusieurs décennies.
Déjà, en 2014, Tunisie Telecom a connecté au réseau mobile des zones blanches situées dans les régions frontalières avec la Libye et l’Algérie (Remada, Dhehiba, Jebel Angar, Sanagr, El-Borma, Aïn Skhouna et Borj El-Khadhra), et ce grâce à la téléphonie rurale, WLL, et le service Mobirif prépayé

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

L’approvisionnement de l’Egypte en GPL et GNL algériens en discussions

Parallèlement, le P-DG du groupe algérien Sonatrach a eu des discussions avec le patron de la compagnie pétrolière koweïtienne concernant la coopération dans le domaine du raffinage et de l’industrie  pétrochimique.

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.