Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 21 Février 2018

Algérie: Vers la diversification de l’offre touristique à travers la wilaya de Tlemcen

Des trois scénarios proposés par le bureau d’étude URBACO de Constantine, la commission spéciale de l’assemblée populaire de wilaya (APW) de Tlemcen a choisi celui visant la diversification de l’offre touristique à travers la wilaya, a-t-on appris, lundi, de cette instance élue.
Ce scénario propose, également, la mise en place de formes nouvelles de tourisme, à l’instar du tourisme écologique, de loisirs, de la chasse, du sport, de la découverte et enfin, des affaires et congrès, précise-t-on.
Cette proposition a été approuvée par l’APW lors de sa dernière session dans le cadre de l’étude du plan d’orientation pour l’aménagement touristique de la wilaya. Ce choix étant fixé par les spécificités touristiques de la wilaya, a-t-on encore ajouté.
Les deux autres scénarios privilégiaient le développement et la modernisation des structures touristiques de la wilaya, pour le premier, et la création de pôles d’excellence touristiques, pour le second. Cette étude étant passée par cinq phases, dont la première a débuté en juin 2013 et la cinquième, en juillet 2017, pour proposer, dans les détails, des programmes et projets susceptibles de booster le secteur en concrétisant cette stratégie de diversification à l’horizon 2030, fait-on savoir.
Parmi les dynamiques appelées à concourir dans l’exécution de la stratégie de diversification, il est prévu de faire de Tlemcen une destination touristique, structurer le secteur touristique en quatre pôles, à savoir, la côte, les monts des Traras, les plaines intérieures et la steppe , ainsi que l’élaboration d’un plan qualité-tourisme . Cette dernière dynamique exigeant la mise à niveau des infrastructures, le renforcement des capacités d’hébergement et l’amélioration des services touristiques.
Par ailleurs, le programme d’exécution porte sur pas moins de 225 opérations à concrétiser à court terme (56), moyen terme (144) et long terme (25), pour la réalisation de nouvelles infrastructures d’hébergement, de services, d’aménagement de plages, d’entretien et restauration de sites archéologiques et de stations thermales ainsi que le renforcement de réseaux routiers menant vers des zones touristiques.
Pour le cadre de la recherche et de la formation, il a été proposé, également, la création d’une faculté spécialisée dans le tourisme au niveau de l’université Abou Bekr Belkaid de Tlemcen, d’un institut de formation artisanale et d’un institut régional de formation touristique.
Plusieurs sources de financement seront mises à profit pour la concrétisation de cette stratégie, annonce-t-on, citant, entre autres, les programmes centralisés, PSD, PCD, CALPIREF, l’investissement direct extérieur et les banques.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Les médecins résidents demandent l’abrogation du caractère obligatoire du service civil et non sa suppression" (Yassine Balhi)

Sondage

Vidéos

Benflis ou pas Benflis ? Les Algériens très fans des pages religieuses FB étrangères.

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Les textes d'application liés au financement non conventionnel seront promulgués fin février (ministre)

 D’après le ministre, les besoins en financement pour l’année en cours seront de 1.815 milliards de dinars contre 580 milliards de dinars pour l’année 2019. 

La Tunisie dépasse l’Algérie en matière de consommation de plastique

 L’Algérie est le deuxième importateur de technologie de la plasturgie sur le continent africain, juste après l’Afrique du Sud.

Algérie: Les réformes économiques préconisées actuellement risquent de ne pas aller loin, selon Temmar (Audio)

L’ancien ministre  dira que si l’Etat ne comptait que « sur la planche à billets, les risques inflationnistes seront importants »