Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

Mauritanie: Mohamed Ould Abdel Aziz donne le coup d'envoi des travaux de la centrale éolienne de Boulenouar

Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a donné mardi matin au kilomètre 54 au nord de Nouadhibou le coup d’envoi des travaux de construction de la centrale électrique éolienne de 100 mégawatts pour un coût de plus de 50 milliards d’ouguiya sur un financement commun entre l’Etat mauritanien et le Fonds Arabe de Développement Economique et Social (FADES) à l’occasion de la commémoration du 57ème anniversaire de l’indépendance nationale.
Le Chef de l’Etat a écouté des explications détaillées de la part du directeur général de la SOMELEC, M. Mohamed Salem Ould Ahmed et ses collaborateurs sur les composantes du projet et ses objectifs stratégiques ainsi que son rôle dans le renforcement de la capacité de production de la wilaya de Dakhlet Nouadhibou et l’amélioration de l’accès des populations aux services d’une énergie propre.
Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, après la lecture des panneaux explicatifs du projet, s’est interrogé sur ses délais d’exécution et les procédés suivis pour le réaliser avant de lever la plaque minéralogique du Projet.
Celui-ci est formé des composantes principales suivantes :
Les installations civiles nécessaires en plus de 39 unités éoliennes d’une capacité de 2,625 mégawatts et un système de contrôle en plus des équipements électriques nécessaires pour faire fonctionner l’installation et un poste de transformation pour transformer l’énergie d’une capacité de 225/33 KV.
Le ministre de l’énergie, du pétrole et des mines, M. Mohamed Ould Abdel Vettah a, pour la circonstance prononcé une allocution dans laquelle il a précisé que ce projet stratégique important s’inscrit dans le cadre des objectifs du gouvernement en matière d’énergie tendant à généraliser l’accès des citoyens aux prestations de l’électricité, à en relever la qualité et à y intégrer les énergies renouvelables.
Il a ajouté que le développement majeur que l’énergie dans le pays a connu au cours de ces dernières années sécurise la réalisation de nombreux acquis sociaux et économiques et répond aux exigences du développement global auquel le Président de la République n’a cessé d’œuvrer.
L’énergie propre, dit-il, représente 42% de l’ensemble de l’énergie dans le pays grâce aux efforts déployés par l’Etat pour exploiter nos capacités dans ce domaine et pour se baser sur l’énergie propre afin de protéger l’environnement et faciliter l’accès du citoyen aux services de l’électricité à moindre coût.

AMI


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

L’approvisionnement de l’Egypte en GPL et GNL algériens en discussions

Parallèlement, le P-DG du groupe algérien Sonatrach a eu des discussions avec le patron de la compagnie pétrolière koweïtienne concernant la coopération dans le domaine du raffinage et de l’industrie  pétrochimique.

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.