Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 26 Mai 2018

L'Union africaine va mener une enquête sur la situation des migrants en Libye

Une enquête sur la situation des migrants en Libye sera menée par la Commission de l'Union africaine (UA) après les révélations de la chaîne américaine CNN sur "la vente aux enchères" de migrants africains sur un marché près de Tripoli, a annoncé mercredi son président, le tchadien Moussa Faki Mahamat.
"La commission africaine chargée des droits de l'Homme et des peuples va procéder à une enquête" sur la maltraitance et le trafic visant les migrants en ce pays, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, tenue en marge de la conférence de haut niveau "vers un partenariat renouvelé avec l'Afrique". 
Selon Moussa Faki Mahamat, la commissaire africaine chargée des Affaires sociales sera prochainement à Tripoli pour s'entretenir avec les dirigeants libyens et exprimer au gouvernement les "préoccupations" de l'UA sur "la situation gravissime" des migrants africains en ce pays.
Dénoncée depuis plusieurs mois par les ONG de défense des droits de l'Homme qui n'ont cessé de tirer la sonnette d'alarme sur les conditions "dégradantes et inhumaines" de détention des migrants dans les centres où ils "subissent des actes de torture et autres mauvais traitements infligés  par les gardiens", leur situation en ce pays n'a attiré l'attention de l'opinion publique qu'après la diffusion par la chaîne américaine CNN d'images montrant des migrants africains vendus aux enchères. 
Le président de la Commission de l'UA a appelé, à ce titre, à la conjugaison des efforts entre les autorités libyennes, l'UA, l'UE et les Nations unies pour qu'une solution "immédiate" soit trouvée, notamment pour les personnes "en danger de mort".
L'urgence sera, a-t-il poursuivi, de localiser, recenser et identifier ces migrants, estimés à de "centaines de milliers".
Cependant, l'instabilité politique en Libye, profondément divisé et livré aux milices armées, rend l'opération "difficile", a reconnu Moussa Faki Mahamat qui a affirmé que l'UA a assuré, néanmoins, le gouvernement libyen de son "soutien", exhortant les pays africains et "toutes les bonnes volontés" à "mettre à disposition la logistique nécessaire pour rapatrier les migrants qui souhaitent rentrer chez-eux".
Le président de la Commission de l'UA a jugé, dans ce contexte, "absolument" nécessaire de redoubler d'efforts pour que l'"Etat soit rétabli en Libye".

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Stagnation: Pourquoi la Task Force du gouvernement Sellal doit revenir sans Sellal

  La chronique de El Kadi Ihsane sur El Watan cherche une cohérence à l’action économique du gouvernement sous influence de la feuille de route de feu la task force.

Tunisie: Divergence entre les parties prenantes sur le 64e point du Document de Carthage 2

  Le président de la République Béji Caïd Essebsi a appelé les parties prenantes du Document de Carthage à trancher le point litigieux relatif au remplacement du chef du gouvernement.

Téhéran veut vendre du pétrole contre son maintien dans l’accord sur le nucléaire

  Le guide iranien  veut aussi que les pays européens signataires de l’accord maintiennent leurs échanges commerciaux avec la République islamique.