Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Avril 2018

Tunisie: Grève générale des sociétés de distribution de pétrole vendredi 15 décembre

La fédération générale de pétrole et des produits chimiques, relevant de l’union générale tunisienne du travail, observe vendredi 15 décembre 2017 une grève générale dans les établissements de distribution des produits pétroliers.
Le secrétaire général de la fédération, Hasnaoui Smiri, a indiqué jeudi lors d’une conférence de presse, que 26 sociétés participeront à cette grève générale, notamment les sociétés de distribution de pétrole qui arrêteront leur approvisionnement.
En raison de la grève et l’arrêt d’approvisionnement en pétrole, les stations-service se contenteront de la réserve disponible pour la vente du carburant au public, a précisé la même source.
Le responsable syndical a expliqué que le maintien de la grève intervient suite à la crise qui ébranle la société tunisienne des industries pneumatiques (STIP).
Le propriétaire de la société STIP ne respecte aucune convention conclue dont la dernière en date du 20 novembre 2017 signée par trois membres du gouvernement et le secrétaire général de l’UGTT, a rappelé la même source.
Smiri a ajouté que le propriétaire de STIP a adopté une stratégie abusive dans la gestion de la société en renvoyant des ouvriers sans respect de l’article 21 du code du travail en plus des menaces à travers les réseaux sociaux et l’atteinte aux droits et acquis sociaux.
Le secrétaire général de la fédération de pétrole et des produits chimiques a émis des doutes quant à la méthode de privatisation de STIP, dont la majorité du capital était une propriété de l’Etat. La cession a été effectuée moyennant une enveloppe dérisoire estimée à 5 millions de dinars alors que ses dettes auprès des banques sont évaluées à 207 millions de dinars.
Le secrétaire général adjoint de la centrale syndicale, Samir Cheffi a réitéré ses excuses au peuple tunisien pour le maintien de la grève, estimant que le procès verbal signé, le 20 novembre dernier, par les trois ministres représentant le gouvernement, était susceptible de mettre fin au problème de la société, mais la crise persiste. Il a regretté un arrêt total de la production au niveau des unités de la société à Msaken, (gouvernorat de Sousse) et à Menzel Bourguiba (gouvernorat de Bizerte), et près de 1000 familles sont restées sans paie depuis 6 mois.
Il a par la même occasion rappelé la position de l’UGTT rejetant la cession des établissements publics.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Batimatc 2018 ouvre ses portes sous le signe de la transition numérique

  L’édition de cette année accorde un intérêt particulier à la transition numérique dans la construction en Algérie.

Algérie-Commerce : Plus de 8000 agents de contrôle seront déployés sur le terrain durant le Ramadan

    Les marchés spécifiques aux mois de Ramadan « visant à promouvoir la production nationale » seront ouverts au moins cinq jours avant le début du mois sacré.

Algérie : Le déficit commercial en recul de 83,6%, selon les douanes

  Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 96% durant les trois premiers mois de 2018 contre 75% à la même période de l'année précédente.