Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 20 Janvier 2018

Tunisie: Les manifestations contre la cherté de la vie ne sont pas dues aux mesures de la loi des finances 2018 (ministre)

Les manifestations contre la cherté de la vie que connaît actuellement la Tunisie ne sont pas dues aux dernières mesures inscrites dans la loi des finances (LF) de l’année 2018, a indiqué Samir Taieb ministre de l’Agriculture des Ressources Hydrauliques et de la Pêche.
Réuni jeudi, à Tunis, avec le ministre chargé des Relations avec les Instances constitutionnelles et la société civile, Mehdi Ben Gharbia et celui des Affaires Sociales Mohamed Trabelsi ainsi que des représentants de la société civile et des droits de l’homme à l’occasion d’une réunion de concertation, Taieb a précisé que le gouvernement n’a pas recouru à “des solutions faciles et mesures populaires”, lors de l’élaboration de la loi des finances pour l’exercice 2018.
” Certes, les difficultés sont là mais c’est un passage obligé pour pouvoir réussir le plan de développement du pays “, a-t-il souligné.
De son côté Lobna Jeribi, présidente de l’association Solidar Tunisie, a appelé le gouvernement à faire renaître le sentiment d’appartenance et l’espoir parmi les jeunes qui devraient être fiers des acquis du pays et à communiquer avec la population.
Jeribi a critiqué le manque de vision et l’instabilité fiscale dans la loi des finances de 2018, qui ont créé un manque de confiance chez le citoyen ainsi que l’acteur économique accablé par les charges fiscales.
Selon Jeribi, le moment est grave et il est impératif d’instaurer des solutions urgentes de court terme, en libérant les énergies des jeunes, en ouvrant les portes à l’entreprenariat, en éliminant la bureaucratie et en débloquant les projets en attente. Et d’ajouter qu’il est temps de faire reprendre confiance à travers des actions et non des promesses.
Pour sa part, Slim Saâdallah, président de l’Organisation de Défense du Consommateur (ODC ) a précisé que la crise qui prévaut, aujourd’hui, reflète un cumul de pressions exercées sur le citoyen pendant sept ans. Le Tunisien souffre d’une hausse excessive des prix, expliquée principalement par une fuite au niveau des circuits de distribution, d’autant plus que seulement 40% des marchandises sont écoulées au marché de gros et le reste est distribué anarchiquement.
Le taux d’inflation a connu des augmentations successives allant de 4,6% en janvier 2017 à 5,0% au mois d’avril, suivi d’une stabilité à 4,8% pendant les mois de mai et juin, puis une importante hausse à 6,3% durant le mois de novembre pour s’établir à un niveau de 6,4% au mois de décembre 2017.
Et Saâdallah de souligner: “aujourd’hui on ne veut pas un autre gouvernement mais des réformes en faveur du citoyen “, appelant à appliquer la loi à l’encontre des contrevenants et à s’adresser au peuple pour absorber sa colère, en lui fournissant les informations nécessaires. Les différentes concertations et propositions issues de cette réunion seront présentées à la présidence du gouvernement.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie :Ouyahia et Yousfi recoivent les responsables des groupes SEAT et Sovac

La vente des premières SEAT IBIZA qui a commencé il y a quelques jours a vu un grand engouement de la part des Algériens au niveau des showroom des concessionnaires.

CPP : De quoi la maltraitance de Ouyahia par Bouteflika est-elle le nom ?

Le CPP de RadioM n’a pas boudé les thèmes forts de la semaine politique. Surprise, il a été beaucoup question du DRS.

Partenariat Public-Privé, Intégration avec la Tunisie, l’avenir comme ligne rouge présidentielle

  La chronique économique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite des sujets brulants de l’actualité sous l’angle de la trajectoire stratégique. Le verrou politique borne l’horizon au plus près.