Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

Mauritanie-Japon: signature d’une convention d’appui alimentaire

Le ministre de l’économie et des finances, M. Moctar Ould Jiay a procédé jeudi avec l’ambassadeur du Japon, SEM. Hisatsugu Shimizu à la signature d’un échange de notes portant sur un don dans le cadre de l’assistance alimentaire japonaise à notre pays pour l’année 2017.
L’enveloppe globale de ce financement atteint les 450 millions de yens japonais soit l’équivalent de 150 millions de notre nouvelle monnaie.
Le ministre de l’économie et des finances a, dans un mot pour la circonstance, souligné l’ancrage et le caractère diversifié de la coopération entre notre pays et le Japon, qui se concrétise à travers la mise en œuvre de programmes vitaux de développement dans de nombreux secteurs comme la pêche, la santé, l’enseignement, l’environnement et la formation professionnelle, exprimant la reconnaissance du peuple et du gouvernement mauritaniens envers l’Etat japonais pour l’appui généreux et diversifié qu’il n’a cessé d’apporter à la Mauritanie.
Le ministre a dit que cet appui intervient au moment où notre pays a connu cette année un déficit pluviométrique aigu ayant conduit au recul de la production agricole et du potentiel pastoral, ce qui ne manquera pas d’avoir des répercussions négatives sur la situation alimentaire en général.
Il a réaffirmé que le gouvernement a pris les devants en mettant en place un plan d’urgence pour lequel il a mobilisé 40 milliards d’Ouguiya dont l’exécution a commencé il y a quelques jours pour prévenir tous les effets négatifs sur les franges les plus fragiles de nos concitoyens qui bénéficient d’une attention particulière du Président de la République.
M. Ould Jiay a ensuite passé en revue les réalisations accomplies en matière d’infrastructures routières, de santé, d’hydraulique, d’électricité et d’enseignement.
L’ambassadeur du Japon a, pour sa part, indiqué que son pays apporte chaque année une aide au commissariat à la sécurité alimentaire en matière de riz que le CSA vend par la suite pour financer des projets stimulant la sécurité alimentaire notant que celle-ci constitue un des plus anciens aspects de la coopération mauritano – japonaise, formulant le vœu que cette contribution puisse renforcer et développer les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays.

AMI


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.