Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

Tunisie: Les lycées et collèges en grève le 15 février prochain

La commission administrative sectorielle de l’enseignement secondaire a décidé d’observer une grève dans tous les collèges et lycées le 15 février 2018 et de ne pas remettre les notes des examens du 1er semestre à l’administration.
Il a été, également, décidé d’organiser le 1er février prochain un rassemblement national devant le ministère de l’Education.
Le secrétaire général adjoint de la fédération générale de l’enseignement secondaire relevant de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Morched Idriss a déclaré à la TAP que la commission a décidé de poursuivre les mouvements de protestation afin de réclamer une série de revendications qui concernent, essentiellement, l’amélioration de la situation matérielle des professeurs de l’enseignement secondaire et de l’éducation physique.
Et d’ajouter que ces mouvements interviennent en signe de protestation contre les décisions gouvernementales qui, selon lui, ne font que contribuer à la dégradation du pouvoir d’achat des enseignants, citant dans ce sens, la décision relative à la prolongation de l’âge de retraite ou celle portant augmentation des cotisations aux caisses sociales.
Les enseignants de l’enseignement secondaire appellent, également, à la mise en œuvre de l’accord du 21 octobre 2011 qui stipule la classification de l’enseignement parmi les métiers pénibles et fatigants et à l’augmentation des primes spécifiques, selon la même source.
S’agissant des professeurs de l’éducation physique, le responsable syndical a indiqué que ces derniers n’ont pas bénéficié des dispositions contenus dans les accords signés, déplorant, dans ce sens, la politique d’atermoiement du ministère de la jeunesse et du sport.
Il a, par ailleurs, fait savoir que les examens du 1er semestre se poursuivront conformément au calendrier préétabli, ajoutant que les professeurs remettront les devoirs de synthèse aux élèves dans les délais impartis.
“Néanmoins, les notes ne seront pas remis à l’administration”, a-t-il dit précisé.
Il a ajouté que la commission administrative tiendra une réunion vers la fin de février afin de décider des nouvelles démarches à entreprendre si jamais l’autorité de tutelle continue d’ignorer les revendications du secteur.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.