Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

Algérie-Mali: signature à Bamako d'un protocole d’accord portant création d'un Conseil d’affaires

L'Algérie et le Mali ont signé à Bamako (Mali) un protocole d’accord portant création d'un Conseil d’affaires Algéro-Malien, a indiqué lundi un communiqué du ministère.
Le document a été paraphé, dimanche, en marge de la visite de travail qu'effectue, depuis samedi, le ministre du commerce, Mohamed Benmeradi, à Bamako, à la tête d’une délégation officielle et 89 opérateurs économiques pour participer à la Foire internationale de Bamako qui se déroule du 13 au 29 du mois en cours.
L’Algérie est invitée d’honneur à cette manifestation économique, inaugurée par le président de la république du Mali, Ibrahim Boubacar Keita.
Au lendemain de l’inauguration officielle de la 12ème édition de cette Foire, et avant l’ouverture de la journée Algérie, M. Benmeradi, a poursuivi le programme des audiences préparées à l’occasion de cette manifestation internationale, a souligné le document.
A cet effet, il a été reçu dimanche par le ministre malien des finances "qui lui a confirmé la nécessité de développer les relations économiques", a précisé le communiqué.
Lors de cette rencontre, plusieurs questions ont été abordées, liées à la garantie financière des transactions et particulièrement le volet relatif à la garantie des financements des banques maliennes portant sur les investissements algériens projetés dans le domaine énergétiques.
L’après-midi du dimanche a été consacrée à l’ouverture de la journée Algérie en présence du ministre malien du commerce durant laquelle un forum d’hommes d’affaires associant plus de deux cent opérateurs économiques algériens et maliens.
A cette occasion, les deux ministres ont prononcé des discours qui ont insisté sur la nécessité de relever le niveau actuel des échanges qui demeurent "en deçà des engagements politiques des deux Etats et des aspirations des deux peuples", a-t-on ajouté.
Dans son allocution, M. Benmeradi a fait part aux opérateurs économiques, que les discussions entamées au terme de cette visite ont permis de jeter les jalons pour développer davantage la coopération dans plusieurs secteurs d'activités pour lesquels des potentialités "importantes" existent dans les deux pays.
A la suite de l’intervention des deux ministres, un protocole d’accord portant création du Conseil d’affaires Algéro-Malien, a été signé entre les deux pays, suivi de l’ouverture des rencontres BtoB qui se dérouleront du 14 au 18 janvier 2018 en cours.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.