Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

Tunisie: Le SG de Machrou Tounes pour un gouvernement de compétences nationales

Le secrétaire général de Machrou Tounes, Mohsen Marzouk, a annoncé, officiellement, jeudi, le retrait de son parti du Document de Carthage.
S’exprimant au cours d’une conférence de presse, Mohsen Marzouk a, également, déclaré que son parti ne soutient désormais plus le gouvernement d’union nationale. Il a, dans ce sens, appelé à réviser “le processus du Document de Carthage” et à former un gouvernement de compétences nationales, dont les membres ne présenteront pas aux prochaines élections.
Le Document de Carthage est “dépassé”, a-t-il dit, et “ne constitue plus un cadre idoine pour l’application des accords convenus”.
Selon lui, le gouvernement de coalition Ennahdha/Nidaa est désormais incapable d’apporter des solutions pour sortir le pays de la crise, et ce “malgré les efforts déployés du chef du gouvernement et des ministres indépendants”.
Mohsen Marzouk a, d’autre part, appelé à la tenue d’une conférence nationale pour, en premier lieu, “rectifier le processus” et concevoir de nouvelles bases consensuelles entre organisations nationales et forces politiques, dans le but de réviser la politique économique et sociale à court terme, pour les années 2018 et 2019 et se mettre d’accord, en second lieu, sur l’élaboration d’une une vision claire à moyen terme.
D’après lui, des réformes doivent être apportées sur les régimes politique et électoral dont il faut débattre au cours de cette conférence nationale.
Mohsen Marzouk a, aussi, appelé toutes les parties politiques et sociales, y compris les partis au pouvoir, à mettre en place un gouvernement de compétences nationales indépendantes, dont les membres ne se présenteront pas aux prochaines élections. Les alliances politiques au sein du “gouvernement partisan” actuel oeuvrent “contre l’intérêt général de l’Etat”, selon Mohsen Marzouk.
Le gouvernement de compétences nationales indépendantes, a ajouté Mohsen Marzouk, devrait mettre en place des réformes urgentes pour surmonter la crise économique, sociale et fiscale, poursuivre, de manière sérieuse et objective, la lutte contre la corruption, garantir la transparence de l’opération électorale et la neutralité de l’administration et des médias et contrôler l’action associative.
Il a, également, appelé à préparer, dans les plus brefs délais, une loi de finances complémentaire pour 2018, de manière à fournir des solutions alternatives pour réaliser la stabilité sociale et économique.
La proposition de “changer le processus et le cheminement en Tunisie” et de mettre en place un gouvernement de compétences indépendantes est une manière “de tirer la sonnette d’alarme” et une tentative de notre part de sauver le régime en place qui, selon lui, est “en rupture” totale avec les citoyens.
D’après Mohsen Marzouk, “si aucun nouveau processus n’est mis en place, il sera difficile de sortir de la crise”.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

E-commerce: De nouvelles possibilités pour l’économie algérienne (contribution)

  On aborde régulièrement l’e-commerce en Algérie, de la législation à développer pour protéger les consommateurs aux contraintes locales liées à cette activité, quel est l’impact des entreprises spécialisées dans ce domaine sur l’économie locale? Et quelles formations dispensent-elles à notre jeunesse?

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».