Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

Tunisie: Le SG de Machrou Tounes pour un gouvernement de compétences nationales

Le secrétaire général de Machrou Tounes, Mohsen Marzouk, a annoncé, officiellement, jeudi, le retrait de son parti du Document de Carthage.
S’exprimant au cours d’une conférence de presse, Mohsen Marzouk a, également, déclaré que son parti ne soutient désormais plus le gouvernement d’union nationale. Il a, dans ce sens, appelé à réviser “le processus du Document de Carthage” et à former un gouvernement de compétences nationales, dont les membres ne présenteront pas aux prochaines élections.
Le Document de Carthage est “dépassé”, a-t-il dit, et “ne constitue plus un cadre idoine pour l’application des accords convenus”.
Selon lui, le gouvernement de coalition Ennahdha/Nidaa est désormais incapable d’apporter des solutions pour sortir le pays de la crise, et ce “malgré les efforts déployés du chef du gouvernement et des ministres indépendants”.
Mohsen Marzouk a, d’autre part, appelé à la tenue d’une conférence nationale pour, en premier lieu, “rectifier le processus” et concevoir de nouvelles bases consensuelles entre organisations nationales et forces politiques, dans le but de réviser la politique économique et sociale à court terme, pour les années 2018 et 2019 et se mettre d’accord, en second lieu, sur l’élaboration d’une une vision claire à moyen terme.
D’après lui, des réformes doivent être apportées sur les régimes politique et électoral dont il faut débattre au cours de cette conférence nationale.
Mohsen Marzouk a, aussi, appelé toutes les parties politiques et sociales, y compris les partis au pouvoir, à mettre en place un gouvernement de compétences nationales indépendantes, dont les membres ne se présenteront pas aux prochaines élections. Les alliances politiques au sein du “gouvernement partisan” actuel oeuvrent “contre l’intérêt général de l’Etat”, selon Mohsen Marzouk.
Le gouvernement de compétences nationales indépendantes, a ajouté Mohsen Marzouk, devrait mettre en place des réformes urgentes pour surmonter la crise économique, sociale et fiscale, poursuivre, de manière sérieuse et objective, la lutte contre la corruption, garantir la transparence de l’opération électorale et la neutralité de l’administration et des médias et contrôler l’action associative.
Il a, également, appelé à préparer, dans les plus brefs délais, une loi de finances complémentaire pour 2018, de manière à fournir des solutions alternatives pour réaliser la stabilité sociale et économique.
La proposition de “changer le processus et le cheminement en Tunisie” et de mettre en place un gouvernement de compétences indépendantes est une manière “de tirer la sonnette d’alarme” et une tentative de notre part de sauver le régime en place qui, selon lui, est “en rupture” totale avec les citoyens.
D’après Mohsen Marzouk, “si aucun nouveau processus n’est mis en place, il sera difficile de sortir de la crise”.

TAP


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.