Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

Algérie: La Sonelgaz a récupéré 27% des créances impayées jusqu'à fin 2017 (P-dg)

La Société de distribution de l'électricité et du gaz (SDC, filiale de Sonelgaz) a pu recouvrer 27% des créances impayées auprès de ses clients publics et privés jusqu'à fin 2017, soit plus de 25 milliards DA, a indiqué jeudi à Alger le P-dg de Sonelgaz, Mohamed Arkab.
Interrogé par la presse en marge d'une conférence-exposition sur la transition énergétique, M. Arkab a expliqué que grâce à une vaste opération de recouvrement de ses créances lancée en mai dernier auprès de ses clients, la SDC a récupéré 25 milliards DA, précisant que cette opération, baptisée "Tahsil", se poursuivra pour recouvrer les 63 milliards DA restants.
"Le plan d'action de recouvrement de nos créances est sur une très bonne voie et nous avons obtenu des résultats palpables", s'est-il réjoui.
S'agissant des clients publics (administrations, entreprises...), le même responsable a précisé que l'entreprise avait établi un échéancier avec cette catégorie d'abonnés pour le payement de leurs dettes.
A travers les 48 wilayas, a-t-il fait savoir, les walis accompagnent la SDC dans son plan d'action pour assurer la réussite de cette opération étalée sur plusieurs années.
Pour rappel, le nombre des abonnés en électricité a atteint 9,1 millions de clients en 2017, contre 8,8 millions en 2016, soit une évolution de 4%, tandis que le nombre de clients gaz s'est établi à 5,2 millions en 2017 contre 4,9 millions en 2016, en hausse de 7%.

APS


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • P.s. Si la société a raison pour entrer dans ses droits,il faut souligner que: Le point relatif à la durée pour effectuer le paiement (15) jours doit être revu.
    la société effectue la coupure le 16eme jour à partir de l'établissement de la facture,dans le cas d'un retard sauf que si elle est effectuée le 1er du mois,le 16 les agents viennent effectuer la coupure,ce qui handicape les retraités qui sont payés à partir du 20.
    En novembre cela m'est arrivé,j'ai essayé de leur expliquer la chose,ce trimestre,ils m'ont fait la même chose avec une journée de moins.
    je ne suis pas mauvais payeur,je paie régulièrement mes factures mais toujours à partir du 20 parce que je suis retraité.
    Cette fois ci j'attends le 20,alors que la facture a été établie le 1er février.
    La société devrait,au moins,allonger l a durée initiale (15 j) à au moins (20 j).
    Sinon,tous les payeurs normaux,,dans le même cas que moi,vont être considérés comme "mauvais payeurs",alors qu'ils ne le sont pas.
    De plus où et comment peut-on poser ce problème lorsque l'écoute n'existe pas dans les agences,si ce n'est les déclarations médiatiques sans suites sur le terrain.

    Rapporter zoubir jeudi 8 février 2018 02:23
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.