Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

Algérie: Le dispositif de couverture du risque de change effectivement opérationnel (Banque d'Algérie)

Le dispositif de couverture du risque de change "est entré dans sa phase opérationnelle depuis le 2 janvier 2018", a indiqué mardi la Banque d'Algérie dans un communiqué.
Ce dispositif est consacré par la promulgation d’une série de textes réglementaires (règlement du 10 juillet 2017 et l'instruction du 26 novembre 2017) portant organisation et fonctionnement du marché interbancaire des changes.
"S’inscrivant dans la poursuite du processus de réformes et de modernisation de la réglementation des changes, la mise en œuvre de ce dispositif a fait l’objet d’une importante vulgarisation et des actions de formation au niveau de la place bancaire et financière et jalonné par une série de réunions incluant l'ensemble de la place bancaire sous l'égide de la Banque d'Algérie", note la même source.
Désormais, les entreprises peuvent s'adresser à leurs banques "pour se prémunir contre le risque de change qu'induisent les fluctuations des taux de change des devises de facturation et de paiement de leurs importations de biens d'équipements dans le cadre de l'investissement productif, de produits semi-finis ou de matières premières destinés à la production nationale", précise la Banque centrale qui rappelle que les opérations de revente en l'état "ne sont pas éligibles" à ce dispositif.
Dans une première phase, la couverture du risque de change repose sur deux types d’instruments, souligne la Banque d'Algérie.
Il s'agit des opérations de change à terme classiques qui permettent aux opérateurs économiques d’acheter les devises à terme à des cours de change à terme fixés lors de la conclusion de la transaction de couverture.
A l'échéance de l’opération de change à terme classique, le client reçoit les devises et verse à sa banque l'équivalent en dinars.
Le second instrument sont les achats au comptant de devises livrables à terme, lesquels sont réservés à la clientèle disposant immédiatement d'une ressource propre en monnaie nationale.
En concluant une telle transaction, le client achète auprès de sa banque au comptant les devises qu’il doit décaisser à une date future.
Dans ce cadre, il est amené à livrer immédiatement à sa banque les dinars devant servir à l’achat des devises, souligne la même source.
Après leur achat au comptant, ces devises sont ensuite placées pour son compte sur le marché interbancaire des changes et lui sont livrées à la date de paiement du fournisseur.
La Banque d'Algérie indique qu'en utilisant les instruments de couverture contre le risque de change, les opérateurs économiques "se protègent contre les effets de la volatilité sur le marché des changes, ce qui leur permet d’établir des projections de trésorerie fiables et de préserver les profils de rentabilité de ces fluctuations".
Dans ce sens, elle invite les opérateurs économiques intéressés à se rapprocher des guichets de leurs banques pour utiliser les instruments de couverture du risque de change auquel ils s’exposent lors de la réalisation de leurs opérations de commerce extérieur.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Le groupe Sonatrach sollicité par l’Irak pour développer un champ pétrolier

  Il  a été question, également, lors de cette entrevue de la possibilité d’une participation de Sonelgaz et de Naftal à l’extension du réseau de transport de gaz en Irak.

Pétrole: Le prix du Brent monte à près de 75 dollars, à son plus haut niveau depuis 2014

  Les stocks de pétrole brut ont reculé selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'enquête britannique pour corruption viserait un marché impliquant l'aéroport d'Alger, selon Ultra Electronics

     En mars 2018, la SGSIA a lancé un appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire et la société britannique, après soumission, a obtenu le marché.