Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 24 Mai 2018

Algérie: Le fonctionnement des CHU de la capitale impacté par la grève des médecins résidents

La grève des médecins résidents, qui en est à son sixième mois, a impacté la prise en charge des malades dans les Centres hospitalo-universitaires (CHU) d'Alger ainsi que le fonctionnement habituel de ces derniers, sans toutefois les paralyser, a-t-on constaté dans certains services de Mustapha Pacha et Naffissa Hamoud.
Devant la Clinique médicale enfantine du CHU Mustapha Pacha, le plus fréquenté de la capitale, une famille est en attente des nouvelles de leur enfant qui y est suivi pour une épilepsie. Même si son père soutient que ce dernier a été "pris en charge à temps", il n'en assure pas moins que l'ambiance du service renseigne sur un état de "dépassement" de son personnel.
"Nous avons du mal à parler au chef de service qui assure le suivi de mon fils tant il a l'air dépassé", déclare le père de famille à l'APS, qui s'est déplacé de Bouira.
L'une des médecins en poste confirme un état de débordement du service, dès lors que "le travail effectué en journée par les résidents est endossé par le reste du personnel médical", explique-t-elle, notant que les gardes sont, toutefois, assurées par les praticiens en grève.
Au service des urgences médico-chirurgicales, des dizaines de patients sont alignés de part et d'autre du long couloir en attente d'être reçus par les médecins en fonction. Pendant qu'ils passent progressivement, d'autres arrivent au service.
"J'ai eu une méchante entorse du genou et j'avoue que j'avais de l'appréhension à me rendre à l'hôpital en raison de la grève, qui perdure. Fort heureusement, j'ai été auscultée et on m'a administrée les soins nécessaires", témoigne Malika, une jeune fonctionnaire.
Au CHU Nafissa Hamoud (ex-Parnet), les services fonctionnement normalement, si ce n'est quelques perturbations ressenties parfois par les malades qui y affluent.
"Je suis là depuis le début de la matinée et j'ai vu plusieurs personnes venues prendre un rendez-vous ou pour passer une radiographie renvoyées. Seuls les enfants ont été pris en charge sous l'insistance de leurs parents", témoigne Mohamed, un malade qui quitte, lui aussi, bredouille le service de radiographie.
Au service de génécologie et obstétrique, la salle d'attente est assez pleine de patientes en attente de consultations qui se font de "manière ordinaire", selon l'affirmation de l'une des infirmières ainsi que quelques parturientes.
Si l'opinion publique est parfois informée des retombées de cette grève à travers les différents médias, elle l'est également via les réseaux sociaux qui servent d'échos à des situations de détresse rapportées par des patients. L'un de ces cas a été relayé, cette semaine, par l'Organisation algérienne de Protection et d'Orientation du Consommateur et son Environnement (APOCE) et concerne une malade en souffrance et en attente d'un suivi au service de chirurgie thoracique.
Interpellé sur les incidences de leur débrayage sur la santé des malades, l'un des délégués du Collectif des Médecins résidents algériens (CAMRA), initiateur de la grève, M. Soualili rétorque en ces termes: "Techniquement, nous ne faisons pas partie de l'offre de soins mais sommes juste des observateurs.
Les responsables des hôpitaux ont déclaré à maintes reprises que ces derniers sont suffisamment lotis en assistants et en maîtres-assistants pour pouvoir se passer de nous. Nous laissons au temps le soin de confirmer cela ".
Il ajoute qu'en optant pour le durcissement de leur démarche, il ne s'agit pas d'"entrer en conflit" avec la tutelle mais d'exercer une "pression" sur elle afin qu'elle consente à accepter sa plate-forme de revendications.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Sonatrach a importé pour 16 milliards de dollars de gasoils et d’essences entre 2011 et 2017

  Entre  2011 à 2017, la tonne de gasoil importée a couté à la Sonatrach une moyenne de 1,15 fois ce que rapportait la tonne de pétrole brut exportée.

L’Algérie est encore l’un des rares pays à commercialiser l’essence au plomb

  Les seuls pays qui continuent à utiliser, à côté de l'Algérie, sont  l'Irak, le Yémen, le Myanmar, la Corée du Nord et l'Afghanistan.

Exxon mobil achètera de la Sonatrach la totalité de la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta pour les dix prochaines années

Toute la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta, acquise par la société nationale des hydrocarbures, sera achetée par Exxon mobil pour une durée de dix années, a déclaré le conseiller du PDG de la Sonatrach lors d’une conférence de presse.