Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 21 Mai 2018

Algérie: Débat à l'APN sur le projet de loi sur la santé sur fond de mouvements de contestation

Les mouvements de contestation que connait le secteur de la santé, notamment la grève des médecins résidents qui entame son 6ème mois, impactent le débat du projet de loi sur la santé présenté dimanche par le ministre de la Santé, Mokhtar Hazbellaoui devant les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN).
Dans leurs interventions, dans la séance matinale, certains députés ont considéré que ledit projet intervenait en temps opportun pour s'adapter aux mutations sociales et économiques que traverse la société algérienne, en remplacement de la loi sanitaire de 1985, alors que d'autres estiment qu'il était prématuré de débattre de cette loi, vu les mouvements de protestation que connait le secteur.
Un autre député RND a appelé au "renvoi des débats sur le projet jusqu'à ce que les problèmes sociaux du secteur soient résolus", estimant que le financement prévu par le projet de loi profitait au secteur privé plus qu'au public.
En outre, un autre député a indiqué que "le projet n'a pas déterminé les franges vulnérables devant bénéficier de la prise en charge de l'Etat", se demandant comment "les autorités publiques qui n'ont pas pu identifier les franges ayant besoin de colis alimentaires à l'occasion du mois de Ramadhan, vont pouvoir identifier celles ayant le plus besoin de soins".
Par ailleurs, un député du RND a appelé à la nécessité d'ouvrir des emplois dont a besoin le secteur, de mettre fin à l'immigration du corps médical vers l'étranger, de renforcer les mesures incitatives, et de mettre à jour et moderniser la profession pour pouvoir faire face aux épidémies.
Un autre député de la même formation politique a également insisté sur l'impératif d'orienter les chaines de télévision vers la prévention contre les maladies au lieu de faire la promotion des produits de large consommation qui nuisent à la santé du citoyen.
Pour sa part, un député FLN a appelé à la nécessité d'ouvrir des centres pour personnes âgées, car cette frange connaitra une forte augmentation démographique et requière, ainsi, "une prise en charge particulière".
Par ailleurs, un député du Front de la justice et du développement (FJD) a mis l'accent sur "l'absence de déontologie de la profession dans le secteur et l'abandon progressif de la gratuité des soins qui n'a été cité que deux fois dans le projet, à savoir dans les articles 12 et 20".
Pour sa part, un député MSP a estimé que les conditions étaient inadéquates pour la présentation de ce projet de loi, affirmant que le système de santé "a plus besoin de ressources humaines que de structures".
"L'Etat a renoncé à ses missions et à la gratuité des soins consacré par la Constitution", a indiqué un député du Parti des Travailleurs (PT), qualifiant l'article 12 consacrant la gratuité dans ce projet de loi de "vide".
La séance matinale a été marquée par des préoccupations régionales plus que nationales ou relatives au projet de loi formulées par des députés des wilayas d'El Taref, de Médéa, de Mila, d'Illizi et de Sétif, des régions qui, selon eux, manquent de médecins spécialistes, ce qui pousse le citoyen à se soigner à l'étranger ou chez le Privé "à des prix exhorbitants".
Certains députés ont remis en cause la modalité de financement du système prévu par le projet de loi, au vu des difficultés financières que traverse la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS), la première source de financement à travers les contributions forfaitaires des hôpitaux, soulignant que "le financement proposé privera le citoyen de l'accès au soin et renforcera le secteur privé au détriment du secteur public".
A rappeler que l'APN a programmé 194 interventions dont 7 écrites, tandis que la commission de la santé a retiré 35 articles sur un total de 470 articles contenus dans le projet de loi et en a introduit 14 autres.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"La baisse des stock américains n’a pas un grand effet sur les prix du pétrole" (Mustapha Mekidèche)

  Selon l’expert, c’est la position de l’Union Européenne vis-à-vis des pays Opep qui risque de provoquer un chamboulement du marché pétrolier.

Algérie: Le procès du porte-parole de la Coordination des comités de soutien de Cevital, reporté

  D’après Bouzidi, la marche organisée le 14 mai à Bejaia « commence à porter ses fruits ».

Algérie : L’activité de la gare maritime de Mostaganem progresse de 17%

  Au cours du premier trimestre 2018, il a été enregistré le passage de 13.232 véhicules, à partir et vers Mostaganem.