Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 26 Mai 2018

Algérie: Le projet de Loi organique des lois de finances présenté devant la commission des finances de l'APN

La Commission des finances et du Budget de l’APN a entamé mardi ses réunions consacrées à l’étude des dispositions du projet de loi organique des lois de finances en auditionnant le Directeur général du Budget, M. Farid Bakka.
Lors de cette audition, présidée par M. Toufik Torch, président de la Commission, M. Bakka a souligné l’importance de cette loi qui introduit une réforme générale dans le mode d’élaboration de la loi de finances et de contrôle du budget de l’Etat.
Selon ce projet de loi, le gouvernement doit présenter un plan de performance annuel avec des objectifs bien précis.
Le même texte consacre la responsabilisation des ordonnateurs publics et propose une nouvelle présentation des lois de finances dont les prévisions budgétaires doivent être établies selon des actions globales et non par ministère, a expliqué M. Bakka.
Une réelle restructuration du budget est donc prévue, en passant d’une structure basée sur la nature des dépenses vers une nouvelle structure orientée vers l’évaluation des résultats sur la base d’une série d’indicateurs.
La nouvelle loi sera, de ce fait, présentée sous forme de programmes traçant les politiques publiques, de sous-programmes définissant les moyens consacrés pour la mise en oeuvre de ces politiques et d’actions détaillant l’utilisation des moyens.
Elle consacre également la responsabilisation des ordonnateurs qui jouiront, pour la première fois, de la liberté totale de mouvementer les crédits et de basculer librement entre le budget de fonctionnement et celui de l’équipement, selon le représentant du ministère des Finances.
Les gestionnaires publics seront tout de même tenus de rendre compte de l’utilisation des crédits budgétaires.
"La législation actuelle se base sur le contrôle de l’exécution des crédits et néglige le contrôle des moyens utilisés pour réaliser tel ou tel résultat", a relevé le Directeur général du Budget.
Pour ce qui est des Comptes d’affectation spéciale (CAS), un article du projet de loi a fixé les dotations budgétaires destinées à ces comptes à 10% des recettes réalisées par chaque CAS durant l’année N-1.
"C’est une disposition très importante qui va nous permettre de réduire le nombre de ces comptes", a-t-il avancé.
En outre, la nouvelle loi organique proposée par le gouvernement impose le recours à de nouvelles formes de comptabilité.
En plus de la "comptabilité de caisse" utilisée actuellement par les administrations et les entreprises publiques, les gestionnaires publics feront appel à la "comptabilité des engagements" en établissant des plans de décaissement mensuels, à la "comptabilité patrimoniale", très proche de la comptabilité commerciale, qui détaille la situation patrimoniale de l’Etat, et à la "comptabilité analytique" qui montre le coût des différentes politiques publiques à travers la loi de règlement budgétaire.
La Cour des comptes devient, quant à elle, le commissaire aux comptes de l’Etat en devenant responsable de la certification des comptes de l’Etat.
Pour pouvoir mettre en oeuvre ce dispositif, l’administration des finances se penche actuellement sur l’informatisation de ses services en attendant la mise en oeuvre du Système intégré de la gestion budgétaire (SGB).
Plusieurs textes, dont celui du contrôle financier et des études dans le cadre des projets d’équipement, seront parallèlement élaborés pour préparer l’application de la future loi organique.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Stagnation: Pourquoi la Task Force du gouvernement Sellal doit revenir sans Sellal

  La chronique de El Kadi Ihsane sur El Watan cherche une cohérence à l’action économique du gouvernement sous influence de la feuille de route de feu la task force.

Tunisie: Divergence entre les parties prenantes sur le 64e point du Document de Carthage 2

  Le président de la République Béji Caïd Essebsi a appelé les parties prenantes du Document de Carthage à trancher le point litigieux relatif au remplacement du chef du gouvernement.

Téhéran veut vendre du pétrole contre son maintien dans l’accord sur le nucléaire

  Le guide iranien  veut aussi que les pays européens signataires de l’accord maintiennent leurs échanges commerciaux avec la République islamique.