Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 26 Mai 2018

Algérie: Le musée saharien d'Ouargla relooké rouvre ses portes au public

Le musée saharien d’Ouargla a rouvert mercredi ses portes au public, après avoir bénéficié d'une large opération de restauration et de réhabilitation.
Inaugurée par les autorités de la wilaya, en marge de la commémoration de la première édition de la Journée mondiale du "Vivre ensemble en paix", cette structure culturelle va retrouver son public et ses visiteurs, notamment les chercheurs et anthropologues en quête d’information sur le patrimoine ancestral de la région et sur les civilisations qui se sont succédées dans les régions de Oued-M’ya (Grand Ouargla) et Oued-Righ (Grand Touggourt).
Le wali d’Ouargla, Abdelkader Djellaoui, a mis en avant cet acquis culturel dans la région, immortalisant le passage de civilisations dans cette région du grand Sud du pays, depuis des temps très anciens.
Cet édifice muséal, dont la date de création remonte à 1938, renferme une riche collection d’objets archéologiques, classés et valorisés, dont des pièces archéologiques, des ustensiles anciens et des pierres sculptées, des pointes de flèches taillées dans la pierre et datant de diverses ères depuis la préhistoire et témoignant de la jonction historique de Oued-Righ, via Oued M’ya, au Grand Tassili, en plus de modèles d’armes utilisés durant la guerre de libération.
Ces repères historiques sont consolidés par d'autres articles entreposés au musée et consistant en des objets déterrés de l’antique ville de Sedrata, fondée au 10ème siècle par les Rostémides à une dizaine de kilomètres au Sud-ouest d’Ouargla, à la faveur de fouilles menées par l’archéologue suisse Margueritte Van Berchem.
La réouverture du musée devra contribuer à la dynamisation des activités touristiques dans la région, l’ouverture d’espaces de recherche aux archéologues et aux étudiants pour approfondir leurs connaissances sur l’Histoire d’Ouargla et de la région du Sud-est du pays.
Le musée saharien de Ouargla a fait l’objet d’une large opération d’inventaire de ses objets et collections archéologiques menées, deux ans durant, par l’Office local de gestion et d’exploitation des biens sauvegardés de la wilaya, dans le but de répertorier, classer et valoriser ses collections, selon les critères requis et étudiés, a-t-on souligné.

APS

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Stagnation: Pourquoi la Task Force du gouvernement Sellal doit revenir sans Sellal

  La chronique de El Kadi Ihsane sur El Watan cherche une cohérence à l’action économique du gouvernement sous influence de la feuille de route de feu la task force.

Tunisie: Divergence entre les parties prenantes sur le 64e point du Document de Carthage 2

  Le président de la République Béji Caïd Essebsi a appelé les parties prenantes du Document de Carthage à trancher le point litigieux relatif au remplacement du chef du gouvernement.

Téhéran veut vendre du pétrole contre son maintien dans l’accord sur le nucléaire

  Le guide iranien  veut aussi que les pays européens signataires de l’accord maintiennent leurs échanges commerciaux avec la République islamique.