Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 26 Mai 2018

Syrie: l'envoyé de l'ONU met en garde contre un risque de catastrophe régionale

L'envoyé spécial du secrétaire général pour la Syrie, Staffan de Mistura, a appelé mercredi, devant le Conseil de sécurité, à mettre d'urgence la diplomatie au service de l'appui à la désescalade, avertissant du risque d'une catastrophe régionale, selon un communiqué publié mercredi par l'ONU.
M. de Mistura a signalé que les confrontations internationales liées à la Syrie étaient de plus en plus intenses et fréquentes, "une situation sans précédent depuis 1973". Il a insisté sur l'importance de la désescalade, appelant notamment les parties prenantes à rétablir des règles du jeu en la matière. Il a aussi dit avoir été encouragé par les discussions concrètes sur la désescalade qui sont déroulées mardi lors de la neuvième réunion de haut niveau d'Astana.
L'envoyé spécial a appelé à suivre de très près l'évolution de la situation à Idlib, avertissant que si le même scénario s'y déroule que dans la Ghouta, les conséquences seraient six fois plus graves, affectant 2,3 millions de personnes, la moitié déplacées, qui n'auraient nulle part où aller. En outre, les escalades à Idlib, Daraa et dans les régions du nord-est qui ne sont pas sous le contrôle du gouvernement risquent de menacer la paix et la sécurité internationales en raison de la présence de différentes forces internationales.
Il a également mis en garde contre toute interprétation des processus d'évacuations, qui se font sans la participation de l'ONU, comme l'ouverture vers une solution grâce à l'établissement d'une "carte simplifiée". L'acheminement des civils et des combattants vers le nord pourrait être une diversion et contribuer à reporter un conflit majeur à plus tard, a averti M. de Mistura.
De retour d'une "tournée de consultations épuisante", l'envoyé spécial a appelé à relancer le processus de Genève, indiquant qu'en dépit de nettes divergences parmi les principales parties prenantes, des points communs subsistent cependant. Outre la nécessité d'une désescalade, ces points d'entente portent notamment sur la création d'un comité constitutionnel sous les auspices de l'ONU, l'établissement d'un environnement "sûr, calme et neutre", et le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Syrie.
Il a toutefois averti que ces points d'entente risquent de disparaître en raison de l'absence d'un dialogue international "sérieux", avertissant par ailleurs du risque d'un vide faute de pourparlers inter-syriens.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Stagnation: Pourquoi la Task Force du gouvernement Sellal doit revenir sans Sellal

  La chronique de El Kadi Ihsane sur El Watan cherche une cohérence à l’action économique du gouvernement sous influence de la feuille de route de feu la task force.

Tunisie: Divergence entre les parties prenantes sur le 64e point du Document de Carthage 2

  Le président de la République Béji Caïd Essebsi a appelé les parties prenantes du Document de Carthage à trancher le point litigieux relatif au remplacement du chef du gouvernement.

Téhéran veut vendre du pétrole contre son maintien dans l’accord sur le nucléaire

  Le guide iranien  veut aussi que les pays européens signataires de l’accord maintiennent leurs échanges commerciaux avec la République islamique.