Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 26 Mai 2018

Algérie: Le MSP annonce de larges contacts prochainement pour réaliser le consensus national (Makri)

Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri a annoncé, mercredi à Alger, que son parti entamera prochainement de larges contacts avec l'ensemble des forces nationales pour parvenir au consensus national, y compris avec le pourvoir, "sans lequel il ne peut être réalisé".
Lors de sa première conférence de presse après sa réélection, le week-end dernier, à la tête du MSP, M. Makri a indiqué que pour la prochaine étape, la première préoccupation du parti est de prendre contact avec l'ensemble des forces nationales pour "rassembler et passer à une situation meilleure à tous les niveaux" dans le cadre d'un consensus national de toutes les tendances.
Précisant que ces contacts ne vont pas exclure le pouvoir sans lequel, a-t-il dit, le consensus ne peut être réalisée, il a affirmé que ce choix "certain" répond à la réalité des équilibres politiques qui ne saurait être ignorée.
M. Makri a indiqué à ce propos, que le MSP mettra a profit ses relations qu'il a qualifiées de "bonnes" avec l'ensemble des partis, aussi bien de l'opposition que pro pouvoir, pour rapprocher les vues.
A la question de savoir s'il s'agit là d'une réactivation de "la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique", qui avait regroupé de nombreux partis politiques, toutes tendances confondues, y compris le MS¨P, M. Makri n'a ni confirmé ni infirmé.
Cette première conférence de presse a été pour le président réélu du MSP l'occasion d'évoquer la vision "claire" du Mouvement concernant la participation au Gouvernement, et qui a longtemps constitué un point de discorde majeur avec certains dirigeants du parti, à leur tête l'ancien président Bouguerra Soltani, affirmant à ce sujet que le critère "est fixé par la donne politique et électorale".
Dans l'article 19 de son programme politique, adopté lors du 7e congrès du parti, le MSP a fixé les conditions d'une participation au Gouvernement ou d'un positionnement sur l'échiquier politique en tant que parti d'opposition, à leur tête l'engagement du parti qui "remporte démocratiquement les élections", à un ensemble de points, notamment "la relance du pays par une bonne gestion et gouvernance et par la justice" et "la garantie des libertés et la préservation des deniers publics", alors que les partis de l'opposition sont appelés à "servir le pays à travers le contrôle de l'action de l'exécutif et la lutte contre la corruption".
A une question sur la présidentielle de 2019, M. Makri a rappelé que "les institutions du parti trancheront prochainement sur ce sujet d'une manière claire", affirmant que tout un chacun est concerné par cette élection "d'une manière ou d'une autre".
Revenant sur le Congrès national, le président du MSP a salué "le dialogue profond et objectif" qui a marqué ses travaux et permis de trancher sur les questions posées "entre les enfants du parti loin de toute ingérence", ce qui reflète, a-t-il dit, "la dimension démocratique dans sa meilleure illustration".
S'exprimant sur les alliances conclues lors de ce Congrès et qui ont abouti à la candidature de son concurrent Naamane Laouar à la présidence du parti, M. Makri a affirmé que de telles alliances "ne sont pas une crainte" pour lui et que bien au contraire il oeuvrera à leur donner plus de visibilité à l'avenir, vu qu'elles s'inscrivent dans le cadre de la démocratie.
Abordant, par ailleurs, l'avenir de l'Union MSP-Front du Changement, de Abdelmadjid Menasra, le président du MSP a précisé que la relation entre les deux formations "n'était pas une alliance mais une Union qui a évolué", ajoutant qu''aujourd'hui il n'y a qu'un seul parti", évoquant même un élargissement vers d'autres partis qui se fusionneront avec le Mouvement.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Stagnation: Pourquoi la Task Force du gouvernement Sellal doit revenir sans Sellal

  La chronique de El Kadi Ihsane sur El Watan cherche une cohérence à l’action économique du gouvernement sous influence de la feuille de route de feu la task force.

Tunisie: Divergence entre les parties prenantes sur le 64e point du Document de Carthage 2

  Le président de la République Béji Caïd Essebsi a appelé les parties prenantes du Document de Carthage à trancher le point litigieux relatif au remplacement du chef du gouvernement.

Téhéran veut vendre du pétrole contre son maintien dans l’accord sur le nucléaire

  Le guide iranien  veut aussi que les pays européens signataires de l’accord maintiennent leurs échanges commerciaux avec la République islamique.