Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

Algérie-"Smart Cities 2018": une étude sur le projet "Alger, ville intelligente" bientôt publiée

Le cabinet d'intelligence économique "Oxford Buisness Group" (OBG) qui est l'associé des services de la wilaya d'Alger dans l'organisation de la Conférence internationale Smart Cities 2018, devant se tenir à Alger fin juin courant, publiera une étude approfondie des réalisations et des objectifs du projet "Alger, ville intelligente", a indiqué mardi un communiqué de OBG.
La même source a fait savoir que dans le cadre de la préparation de la Conférence internationale Smart Cities 2018 qui se tiendra les 27 et 28 juin prochains sous le patronage du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, le cabinet OBG, en tant que partenaire de la wilaya pour l'organisation de cet évènement, publiera une étude approfondie des réalisations et objectifs du projet.
Un livret présentant les technologies de pointe, les partenariats existant en Algérie ainsi que l'étude qui abordera les réalisations et les objectifs à moyen et long terme des villes intelligentes sera publié en cette occasion.
Le livret qui abordera plusieurs thématiques en relations avec le projet contiendra, en outre, des entretiens exclusifs avec le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, le conseiller stratégique de la wilaya responsable du projet Alger, ville intelligente, Riad Hartani et l'économiste en chef pour le Moyen Orient et l'Afrique du Nord auprès de la Banque Mondiale, Rabah Arezki.
Le document sera inséré dans la prochaine édition du rapport d'OBG intitulé: Alger 2018, qui sera publié à la fin 2018.
La communiqué a également abordé les opportunités que représente la capitale algérienne pour les acteurs internationaux dans le domaine des nouvelles technologies et qui auront à les découvrir lors de cette conférence devant regrouper des responsables politiques, des chefs d'entreprises économiques, nationales et étrangères en sus de représentants d'organisations non gouvernementales.
Selon une lecture de M. Hartani contenu dans le communiqué, le projet "Alger, ville intelligente", fondé sur le développement des technologies, a pour but de faire d'Alger une plaque tournante pour les entreprises technologiques africaines en accompagnant activement les entrepreneurs tant sur le plan de la logistique, de la recherche de financement que du développement des infrastructures.
L'investissement dans ce domaine permettra de tirer profit de toutes les opportunités de développement liées aux innovations technologiques, pour bénéficier à l'ensemble des secteurs de l'économie nationale, relève la même source.
Le communiqué a rappelé le projet de ville intelligente, lancé il y a plus d'un an par la wilaya d'Alger, dans le but de mobiliser les acteurs locaux du secteur des nouvelles technologies et à faire émerger un écosystème compétitif des startups innovantes. La Conférence permettra de mettre en exergue les "efforts déployés par la wilaya pour soutenir l'essor de ces technologies et inviter les investisseurs à s'engager dans ce projet de grande ampleur".
Bien qu'accusant un certain retard par rapport à d'autres pays de la région en matière de nouvelles technologies, cette initiative devrait permettre à l'Algérie d'inverser la tendance et l'engagement de la wilaya d'Alger témoigne de la volonté des autorités de promouvoir l'entrepreunariat et l'émergence de PME innovantes, en droite ligne avec la politique de diversification de l'économie nationale, a noté le rédacteur régional d'OBG pour l'Afrique du Nord, Jaime Pérez-Seoane.
Des représentants politiques de plusieurs pays voisins et des industriels algériens et internationaux prendra part à cet événement d'envergure, a indiqué le communiqué, relevant que la Conférence verra, en outre, la présence de conférenciers du Japon, de la Corée, des Etats-Unis, de France, du Royaume-Uni, des Emirats arabes unis, d'Inde, d'Egypte, de Turquie, d'Allemagne et du Canada.
L'Algérie dispose, selon le rédacteur en chef d'OBG, Olivier Cornock, des ressources humaines nécessaires au développement d'un hub technologique qui peut rayonner en Afrique du nord et en Afrique subsaharienne.

APS


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.