Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

Opep: L'Iran et d'autres membres refusent d'augmenter la production de pétrole (sources)

Au moins trois membres de l'Opep ne sont pas d'accord avec l'Arabie saoudite et la Russie sur la nécessité de pomper davantage de pétrole, apprend-on de sources de l'Opep, ce qui complique toute tentative d'augmenter l'offre, alors même que les pays consommateurs se plaignent d'une pénurie. En quête d'un compromis, l'Opep et ses alliés cherchent différentes solutions pour augmenter l'offre, selon les sources. Près de 18 mois après l'entrée en vigueur de l'accord de maîtrise de la production de l'Opep et ses alliés, l'Arabie saoudite et la Russie se sont dit prêts à produire davantage pour calmer les inquiétudes des pays consommateurs concernant l'offre et les prix, qui ont atteint 80 dollars le baril pour le Brent de la Mer du nord, en hausse de 70% depuis un an.
Mais l'Iran - ennemi juré de l'Arabie saoudite -, le Venezuela, l'Irak et d'autres plus petits producteurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, qui compte 14 membres, ne sont pas d'accord. La prochaine réunion des ministres de l'Opep et de ses partenaires, dont la Russie, a lieu les 22 et 23 juin à Vienne.
De sources proches du dossier, plusieurs options sont à l'étude, dont une augmentation de la production d'environ un million de baril par jour. Mais si les prix baissent, l'Opep+ pourrait ne prendre aucune décision.
"L'Iran, l'Irak, le Venezuela et quelques autres vont pousser pour maintenir le plafond de production jusqu'à la fin 2018", a dit une source de l'Opep sans citer les autres Etats membres concernés.
Une autre source a dit s'attendre à un accord sur une augmentation mais qui serait modeste. "Je pense qu'il y aura une augmentation marginale (...), qui sera progressive, calculée de près et dont l'impact sur le marché devra faire l'objet d'un suivi", a dit ce responsable.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.