Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

Tunisie: La loi de finances de 2019 ne comportera pas de taxes supplémentaires sur les entreprises (Youssef Chahed)

La loi de finances de 2019 ne comportera pas de taxes supplémentaires sur les entreprises, a annoncé, mercredi, le chef du gouvernement, Youssef Chahed. Président les travaux de la conférence nationale sur l'impulsion de l’emploi organisée à la Cité de la culture à Tunis.
Chahed a ajouté qu’au cours des trois prochaines années, on s’orientera plutôt vers la réduction des impôts sur les entreprises productives, exploitantes et exportatrices dans les domaines de l’industrie, de la technologie et de la communication pour les encourager à créer des postes d’emploi.
Le chef du gouvernement a mis l’accent sur l’importance, pour les entreprises, de la stabilité sécuritaire, politique, sociale et fiscale, soulignant la nécessité de passer de l’imposition conjoncturelle (décidée pour résoudre la situation fiscale encline à la crise) à un modèle fiscal de croissance qui vise à inciter les entreprises à renforcer l’investissement et le recrutement.
En dépit de l’importance du taux de croissance enregistré au cours de 2018 (2,5% au cours du premier trimestre et 3% durant le deuxième trimestre selon les prévisions) et de la stabilité du taux de chômage (15,4%), les efforts doivent se poursuivre pour lutter contre le chômage, impulser l’investissement et consolider la croissance économique à travers la promotion et l’amélioration du climat d’investissement et des affaires afin que les entreprises puissent investir et contribuer à la création d’emplois permanents, dira le chef du gouvernement.
Il a affirmé que l’amélioration du climat général a contribué à promouvoir les exportations et plusieurs autres secteurs, tel que le secteur touristique dont les recettes ont évolué de 38% au cours des trois premiers mois de 2018.
Youssef Chahed a reconnu la persistance de difficultés majeures dans les finances publiques et que le gouvernement doit assumer sa responsabilité à cet égard, à travers plusieurs mesures dont la consolidation des politiques actives du marché du travail à l’instar des programmes “Nouvelle génération de promoteurs”, “Contrat de la dignité” et “Forsati” qui aident à orienter les diplômés du supérieur à trouver un emploi, notamment, ceux issus des régions intérieures.
Il a souligné l’importance des Success Stories qui ont été présentées au cours de cette rencontre dont certains auteurs qui étaient demandeurs d’emploi sont devenus des entrepreneurs et réussi à réaliser un chiffre d’affaires de deux millions de dinars en deux ans.
Le président du gouvernement a, à cette occasion, remis 14 cahiers des charges à 14 nouveaux bénéficiaires du programme “Nouvelle génération de promoteurs”.

TAP


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.