Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 30 Avril 2017

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a affirmé samedi, lors d'une rencontre avec les autorités locales et les représentants de la société civile de la wilaya de Médéa, que "le développement reste dénué de sens si la classe moyenne venait à être déstabilisée", rappelant les efforts de l'Etat pour la protection du pouvoir d'achat du citoyen.
"Le développement reste dénué de sens si la classe moyenne venait à être déstabilisée. C'est pourquoi nous redoublons d'efforts pour préserver le pouvoir d'achat du citoyen moyen et refusons de lui faire porter, seul, les retombées de la situation économique", a indiqué M. Sellal qui effectuait une visite de travail à Médéa.
Il a précisé que l'Etat ne rejetait pas la bureaucratie et la corruption seulement pour des raisons d'ordre moral ou juridique mais aussi parce que ces comportements constituent une "entrave devant la relance économique et influent négativement sur la performance des appareils de l'Etat et les conditions de vie du citoyen".
Il a souligné à ce propos, que "la spéculation portait également préjudice à l'effort de l'Etat visant la subvention des produits tout comme elle nuit au consommateur moyen", faisant remarquer que l'objectif de l'Etat étant "la préservation du modèle social algérien fondé sur la justice sociale et l'égalité des chances".
Cela ne saurait intervenir "sans une exploitation rationnelle de nos ressources tout en puisant dans nos atouts qu'ils soient naturels, humains ou liés à notre infrastructure réalisée durant ces dernières années", a-t-il tenu à dire.
Cependant, M. Sellal a déclaré que L'Etat "ne peut ni ne doit tout prendre en charge", ajoutant que l'Etat a procédé à la levée des contraintes et la libération des énergies pour permettre la génération de la croissance, de la richesse et de l'emploi.

APS

La qualité du service logistique est indispensable pour dynamiser l’activité économique et attirer des investisseurs étrangers, a affirmé, samedi à Mohammedia, le ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara.
Selon le ministre, un service logistique de qualité ne se limite pas dans le stockage, mais c’est un service multidimensionnel.

MAP

Une marche de protestation a été organisée ce samedi à l’avenue Habib Bourguiba dans la capitale contre le projet de loi sur la réconciliation économique et financière.
Rassemblés devant le théâtre municipal de Tunis, les participants à cette manifestation ont réaffirmé leur opposition catégorique au projet de loi sur la réconciliation qui, ont-ils dit, constitue à plusieurs égards, une violation de la Constitution, de la loi sur la justice transitionnelle et du processus d’établissement de la vérité.
Dans une déclaration distribuée lors de ce mouvement de protestation convoqué dans le cadre de la campagne « Manich Msemah » (Je ne pardonnerai pas), les protestataires ont invité les forces nationales et démocratiques qui s’opposent à ce projet de loi à coordonner les efforts pour le contrer.
Regroupant plus de 30 organisations, associations et personnalités politiques, la campagne « Manich Msemah » a dit avoir décrété « l’état d’urgence populaire » contre le projet de loi sur la réconciliation proposé en juillet 2015 par le président de la République.
La Commission parlementaire de la législation générale avait auditionné mercredi dernier le chef de cabinet du président de la République, Slim Azzabi sur le projet de loi organique relatif à la réconciliation économique et financière.

TAP

Plus de 3.900 fonctionnaires, militaires et gendarmes ont été limogés par les autorités turques dans le cadre de la répression menée depuis le coup d'Etat manqué de juillet 2016, a annoncé le gouvernement d'Ankara dans le Journal officiel samedi.
Ces nouvelles sanctions concernent notamment 1.127 employés du ministère de la Justice, y compris des greffiers et des surveillants de prison, 484 enseignants et 201 membres du ministère des Cultes, ajoute le gouvernement.
Environ 120.000 personnes ont déjà été renvoyées tant dans l'administration que dans le secteur privé et plus de 40.000 ont été arrêtées depuis le début de la répression.

Reuters

La société nationale des transports ferroviaires (SNTF) a annoncé la mise en marche, à compter du 1er mai 2017, d’un deuxième train de nuit sur la ligne Bechar-Oran ainsi que d’un nouveau train voyageurs assurant quotidiennement la ligne Saida-Oran via Sidi Bel Abbes.
Pour la ligne Bechar-Oran, le nouveau train de nuit, qui aura les mêmes gares d’arrêt que le train déjà existant, il est composé de voitures réhabilitées en places assises et couchettes, précise un communiqué de la SNTF.
Pour le départ d’Oran à partir de ce train, il est fixé pour les samedis, lundis et mercredis à 22h40 (arrivée à Béchar à 8h15). Le départ de Béchar est fixé pour les dimanches, mardis et jeudis à 22h00 (arrivée à Oran à 7h25).
Un aménagement horaire de l’ancien train a été programmé à compter du 1er mai. Ainsi, Le départ d’Oran à partir de l’ancien train sera à 19h40 (au lien 20h30 actuellement) et le départ de Béchar à 19h (au lieu 20h00).
La société informe ses clients que ces trains sont soumis à une réservation préalable et que le nouveau train est interdit aux fumeurs.
Pour ce qui est du train assurant la ligne Saida-Oran via Sidi Bel Abbes, il sera opérationnel à l’occasion de l’inauguration, lundi, du nouveau tronçon de ligne ferroviaire entre les villes de Moulay, Slissen et Saida.
Le départ de Saida est fixé à 5h00 (arrivée à 7h30 à Oran) alors que le départ d’Oran est fixé à 15h20 (arrivée à Saida à 18h) avec huit gares d’arrêts (aller et retour) que sont Saida, Youb, Telagh, Moulay Slissen, Tabia, Sidi Bel Abbes, Oued Tlelat et Oran.

APS

Une convention de partenariat et de coopération a été signée, vendredi soir, à Nouakchott, par le président de la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture, M. Mohamedou Ould Mohamed Mahmoud et Mme Mme Monia Jeguirim Essaidi, présidente de la Confédération National des Entreprises Citoyennes Tunisienne (CONNECT International).
La convention vise à établir un partenariat entre les opérateurs économiques des deux pays frères, et entre les deux institutions, notamment en matière d’échange d’informations, d’expertises ainsi que des échanges de visites, et d’organisation de foires, de rencontres, en vue de promouvoir les relations de partenariat entre la Mauritanie et la Tunisie.
La cérémonie de signature de cette convention a eu lieu en présence de la ministre du commerce, de l’industrie et du tourisme, Mme Naha Mint Hamdy Ould Meknass et de l’ambassadeur tunisien accrédité en Mauritanie, SEM Abdel Kader Sahli.

TAP

L’Union des Travailleurs Tunisiens (UTT) a fermement dénoncé, samedi, la politique du gouvernement à son égard, l’accusant d’entraver délibérément son projet syndical et de violer la Constitution.
Dans un communiqué publié à l’occasion de la fête du travail célébrée chaque année le 1er mai, l’UTT fustige le gouvernement qui “bafoue les Conventions internationales et n’applique pas la loi”. Elle l’appelle à “cesser les pratiques d’exclusion et la politique de deux poids deux mesures” et à “concrétiser le pluralisme syndical”.
“L’UTT, qui célèbre le 6e anniversaire de sa création, est victime d’injustice et d’une politique d’exclusion délibérée”, affirme le communiqué, mettant en garde contre l’escalade inquiétante des mouvements de protestation en raison de la baisse du pouvoir d’achat des travailleurs, la disparition progressive de la classe moyenne et de la hausse sans précédent des prix.

TAP

Marine Le Pen, candidate à la présidentielle française du parti d'extrême droite Front national, et Nicolas Dupont-Aignan, le candidat de Debout la France éliminé lors du premier tour, ont annoncé samedi que les deux parties constitueront un gouvernement d'union si Mme Le Pen venait à être élue.
"Présidente de la République, je nommerai Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre de la France, appuyée par une majorité présidentielle cohérente et unie par l'intérêt national que nous ferons naître. Avec lui, nous constituerons un gouvernement d'union nationale", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse au côté de M. Dupont-Aignan.
"C'est unis que nous allons mener la campagne pour rassembler encore et encore, et remporter dimanche 7 mai la victoire", a-t-elle affirmé, indiquant vouloir former un gouvernement qui réunirait "des personnalités choisies pour leurs compétences et leur amour de la France".
Arrivé sixième du premier tour de la présidentielle avec 4,7 % des voix, le candidat souverainiste a salué de son côté "un jour historique, car nous faisons passer l'intérêt de la France avant des intérêts partisans".
"J'ai décidé de prendre mes responsabilités en votant Marine Le Pen et en allant plus loin : en bâtissant un projet de gouvernement", a affirmé M. Dupont-Aignan en précisant que ce n'était pas "un ralliement". "Mon mouvement, Debout la France, demeure et demeurera un parti totalement indépendant", a-t-il assuré.
Tous deux ont dit avoir conclu "un accord de gouvernement" dont l'un des points est que "la transition de la monnaie unique à la monnaie commune européenne n'est pas un préalable à toute politique économique", alors que la sortie de l'UE est l'un des fondamentaux du programme du FN.
L'un des vice-présidents de Debout la France, Dominique Jamet, a démissionné suite au ralliement de son parti à celui de Marine Le Pen.

Xinhua

Quelque 50.000 accidents de travail sont enregistrés annuellement en Algérie, a indiqué samedi à Alger, le chef de département et études des statistiques, à la direction de la prévention, à la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS), Sara Zakane, estimant que le nombre reste" stable" durant les dernières années .
" Quelque 50.000 accidents de travail sont enregistrés annuellement en Algérie. Une situation qui "reste stable" par rapport au nombre d'accidents enregistrés durant les dernières années, ce qui démontre "l'efficacité" des campagnes d'information et de sensibilisation et les moyens de préventions mis en place, a précisé Mme Zakane lors d'une rencontre à l'occasion de la journée mondiale pour la santé et la sécurité au travail.
Pour sa part, le Chef de cabinet au ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Nasreddine Bouguerra  a mis en exergue la volonté des pouvoirs publics de promouvoir la politique nationale de prévention des risques professionnels, en adoptant, notamment, des instruments juridiques à travers la promulgation de nombreux textes à caractère législatif et réglementaire, relatifs à la prévention.
Il a rappelé que l'investissement dans la prévention et l'amélioration des conditions de travail au niveau de l'entreprise, demeure une "exigence primordiale" dont l'impact serait "grandement positif " sur la productivité des travailleurs ainsi que sur la santé financière de l'entreprise, appelant les organismes employeurs à faire de la prévention "une préoccupation permanente".

APS

L’Ecole marocaine des sciences de l’ingénieur (EMSI) a reçu, à travers son laboratoire de recherche, de développement et d’innovation “SMARTiLab”, 2 médailles d’or à la Conférence internationale de design, de la recherche et l’innovation, organisée du 23 au 25 avril à Kuala Lumpur en Malaisie.
Les étudiants de l’EMSI ont remporté un prix spécial de Manila young inventors association et le prix spécial Norton university.

MAP

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie :"L’augmentation du taux d’intérêt directeur n’aura pas un impact significatif sur la dépréciation du dinar"

Pour l’universitaire Fatma Marrakchi Charfi, les dernières mesures prises par le conseil ministériel restreint pour propulser l’épargne à travers l’augmentation du taux d’intérêt n’aura pas un impact significatif sur la dépréciation de la monnaie nationale et ce « parce que le pays a un taux d’intérêt réel négatif ».

Le CPP regrette Mélenchon et vote contre Hamid Grine (audio-vidéo)

Le Café presse politique a anticipé la relation Algérie-France sous une présidence Macron qui se dessine. Et boycotté les législatives dans son menu.

Tunisie- Le taux de chômage des diplômés du supérieur a doublé depuis 2005 (étude)

“La probabilité de chômage des diplômés du supérieur est supérieure à celle de la main d’œuvre active en général”.