Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Avril 2017

L'Iran, la Russie et la Turquie vont créer un groupe de surveillance sur la Syrie

Jeudi, lors de pourparlers de paix qui se tiennent actuellement à Astana, la Russie, l'Iran et la Turquie sont convenus de créer un groupe opérationnel tripartite chargé de surveiller le cessez-le-feu en Syrie, a indiqué un responsable du ministère russe des Affaires étrangères.
Le groupe aura pour fonction de surveiller la cessation des hostilités, l'interruption de toute violation par toutes les parties et de prendre des mesures de confiance afin que puisse se poursuivre le processus de paix, a déclaré le directeur du département Moyen-Orient et Afrique du Nord du ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Verchinin, lors de la vidéo-conférence organisée à Astana jeudi pour mettre en présence des interlocuteurs de Moscou, Astana et Damas.
"L'un des résultats concrets de ce qui s'est passé aujourd'hui à Astana est l'adoption des dispositions du groupe conjoint, composé de la Russie, de l'Iran et de la Turquie, qui fonctionnera régulièrement pour préserver et renforcer la cessation des hostilités,'' a ajouté M. Verchinin.
Il a également dit que le groupe travaillera en permanence et que ses activités ne se limiteront pas aux aspects techniques.
"Des mesures de confiance seront prises et d'autres problèmes seront résolus afin de contribuer au processus de paix syrien.''
Le chef d'état-major adjoint des forces armées russes, Sergueï Afanasyev, a dit qu'un mécanisme spécial d'échange des otages a été créé à la réunion d'Astana.
Des mesures visant à renforcer la confiance mutuelle ont été évoquées pendant la réunion, a-t-il dit, ajoutant que l'absence de confiance entrave considérablement le processus de paix.
La prochaine réunion sur la Syrie aura lieu à Astana dans 30 jours. Les groupes de travail se réuniront pour continuer à travailler sur le processus de paix.
Cette réunion de deux jours fut la seconde de ce type à s'être tenue sur la question syrienne à Astana, la capitale kazakhe.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’alerte de Brahim Hasnaoui : La moitié des entreprises privées algériennes du BTP en péril

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

Reda Amrani "L’Algérie doit aider Cevital à sauver le complexe de Piombino"

A ne pas manquer

Prev Next

"L’Algérie est un pays d'opportunités bridé par un environnement des affaires défavorable" - Ali Harbi (AHC Consulting)

    Ali Harbi, manager du cabinet AHC Consulting, membre de CARE (centre de réflexion et d’action autour de l’entreprise) et de Hawkama El Djazair considère qu’on fait une erreur stratégique en focalisant sur le nombre de créations des PME au lieu de se pencher sur leur viabilité. «Nous pourrons avoir moins de créations, mais des entreprises plus viables » dit-il. L’appui à...

INSAG Alger - Les entrepreneurs avertis: la révolution digitale est "incontournable", elle n'attendra personne

La révolution digitale est en marche accélérée, elle n'attend personne. Elle n'est plus un "choix" pour les entrepreneurs qui doivent impérativement l'intégrer et s'y adapter s'ils veulent la survie de leurs entreprises. C'est le message des experts aux entrepreneurs lors d'un séminaire de l'INSAG-Alger.

"L’Etat doit libérer le foncier pour la construction de nouveaux logements" - Brahim Hasnaoui (Audio-Vidéo)

    L’Etat algérien doit libérer le foncier et favoriser les entreprises privées algériennes spécialisées dans le BTP afin de répondre plus efficacement à la demande sur le logement, a indiqué sur Radio M, ce lundi, Brahim Hasnaoui, président-directeur général du Groupe des sociétés Hasnaoui.