Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

Trump juge que l'Iran ne respecte pas "l'esprit" de l'accord nucléaire de 2015

Bien que sa propre administration ait jugé mardi que l'Iran respectait l'accord de 2015 sur son programme nucléaire, le président américain Donald Trump a estimé jeudi que Téhéran "n'est pas à la hauteur de l'esprit de l'accord" conclu à Vienne avec les grandes puissances.
Les Iraniens "nuisent à l'accord qui a été signé. C'est un très mauvais accord. Il n'aurait jamais dû être signé", a-t-il déclaré à l'occasion d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre italien Paolo Gentiloni à la Maison Blanche.
Interrogé par un journaliste sur les raisons le poussant à soupçonner l'Iran de tricher, M. Trump n'a pas répondu directement, se contentant d'indiquer que son administration était en train d'analyser cet accord. "Nous aurons des choses à dire à ce sujet dans un avenir pas si lointain", a-t-il ajouté.
Dans une lettre adressée mardi au président de la Chambre des représentants Paul Ryan, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a déclaré que l'Iran respectait les termes de l'accord de Vienne. Il a cependant informé le Congrès que le gouvernement allait réévaluer l'allégement partiel des sanctions internationales contre l'Iran prévu par ce document.
En campagne électorale, Donald Trump n'avait cessé de dénoncer l'accord de Vienne, le qualifiant de "pire accord jamais négocié". Il avait laissé entendre qu'il pourrait forcer Téhéran à le renégocier sous peine de le dénoncer.
L'Iran et le groupe G5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) ont signé le 14 juillet 2015 à Vienne un accord destiné à garantir la nature pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée partielles des sanctions internationales.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.