Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

Le pétrole termine en baisse à New York, le WTI sous les 50 dollars le baril

Les cours du pétrole ont terminé en baisse d'environ 2% vendredi sur le marché new-yorkais Nymex et enregistré leur plus forte baisse hebdomadaire en un mois, en raison d'un retour des doutes des intervenants sur la résorption de l'excédent d'offre sur le marché.
Le contrat mai sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 1,09 dollar, soit 2,15%, à 49,62 dollars le baril, repassant sous le seuil de 50 dollars pour la première fois en deux semaines.
Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 1,03 dollar (1,94%) à 51,96 dollars.
Un comité technique réunissant l'OPEP et des pays extérieurs au cartel a recommandé vendredi une prolongation de six mois de l'accord qui prévoit une réduction de l'ordre de 1,8 million de barils par jour de la production de l'ensemble des parties prenantes, a déclaré une source proche du dossier.
L'Arabie saoudite et le Koweït avaient clairement laissé entendre jeudi que l'Opep s'efforçait de prolonger, au-delà du mois de juin, l'accord conclu avec des pays extérieurs à l'Opep sur une limitation de la production mondiale de pétrole.
Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, s'est toutefois refusé à dire vendredi si la Russie soutiendrait une prolongation de l'accord et a souligné que les stocks mondiaux reculaient.
"La situation s'est progressivement améliorée depuis le début du mois de mars", a-t-il dit.
Bjarne Schieldrop, responsable de l'analyse sur les matières premières de la banque SEB, a dit ne pas s'attendre à une prolongation de l'accord de réduction de la production.
"Non seulement il n'y en a pas besoin, mais cela créerait le risque d'une stimulation supplémentaire pour le secteur américain du pétrole de schiste, ce qui pourrait compliquer le retour de l'OPEP sur le marché à pleine capacité ultérieurement", estime-t-il.
La production de pétrole aux Etats-Unis est au plus haut depuis août 2015 et des analystes estiment que les stocks ne se résorbent pas aussi rapidement qu'attendu.
Le groupe parapétrolier Baker Hughes a d'ailleurs fait état vendredi d'une nouvelle augmentation du nombre des points de forage aux Etats-Unis sur la semaine écoulée, pour la quatorzième semaine consécutive.
"C'est un peu le jeu du chat et de la souris", a dit Anthony Headrick, analyste sur les marchés de l'énergie chez CHS Hedging qui estime qu'un prix du baril inférieur à 50 dollars constitue un problème pour l'OPEP.
"Des cours dans la zone des 40-50 dollars ne sont pas tellement un problème pour les producteurs américains qui se sont couverts", a-t-il dit. "En revanche, c'est un problème pour l'OPEP, qui doit déterminer quel niveau de cours elle veut."

Reuters


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».

Le marché pétrolier enregistre "une tendance vers un rééquilibrage" (producteurs)

  La volatilité du marché a été plus faible ces dernières semaines, selon le Comité de suivi des pays Opep et non Opep.

Le dinar tunisien sera sous pression, en cas de demande soutenue de devises (expert)

L’économiste ne pense pas que les recettes touristiques puissent doper les réserves en devises.