Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Juillet 2017

Les cyberattaques pourraient coûter 53 milliards de dollars (étude)

Une cyberattaque mondiale pourrait engendrer en moyenne des pertes économiques de 53 milliards de dollars (46 milliards d'euros), un chiffre équivalent au coût des dégâts provoqués par l'ouragan Sandy aux Etats-Unis en 2012, selon une étude publiée lundi par le marché britannique de l'assurance Lloyd's of London.
Cette étude, coréalisée par le cabinet Cyence, s'est intéressée aux potentielles pertes économiques que provoqueraient le piratage d'un fournisseur de services de cloud (informatique dématérialisée) et des cybertattaques des systèmes d'exploitation des ordinateurs d'entreprises.
Les assureurs cherchent à estimer leur exposition à d'éventuelles pertes liées à des cyberattaques.
"Parce que le cyber est virtuel, il est vraiment difficile de comprendre comment une cyberattaque pourrait faire boule de neige", a déclaré à Reuters Inga Beale, directrice générale de Lloyd's of London.
Les coûts économiques d'une hypothétique attaque contre un fournisseur de services de cloud dépasseraient, et de loin, ceux de l'attaque du virus informatique WannaCry évalués à huit milliards de dollars, selon Cyence. Ce "rançongiciel" a infecté plusieurs centaines de milliers d'ordinateurs dans une centaine de pays en mai dernier.
Les coûts économiques incluent le manque à gagner des entreprises en raison de l'interruption de leurs activités et les réparations des systèmes informatiques.
Dans leur scénario, LLoyds et Cyence étudient les conséquences d'une attaque contre des services de cloud consistant en l'introduction d'un code malveillant conçu pour se déclencher un an plus tard.
A ce moment-là, ce logiciel se sera propagé chez tous les clients du fournisseur de ces services, qui subiront un manque à gagner et des coûts supplémentaires.
Les pertes économiques pourraient aller de 4,6 milliards à 53 milliards de dollars, selon l'étude.
Jusqu'à 45 milliards de ce montant pourraient ne pas être couverts par les cyber polices d'assurance en raison de la sous-assurance des entreprises en la matière, poursuit l'étude.
Les pertes engendrées par le piratage des systèmes d'exploitation sont évaluées entre 9,7 milliards et 28,7 milliards de dollars.
En juin, Inga Beale a estimé entre 20 et 25% la part de Lloyd's sur le marché de cyberassurance, un marché de 2,5 milliards de dollars.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Snateg écrit à Tebboune et parle de corruption à la Sonelgaz

  La direction de la Sonelgaz est accusée par le Snateg de violation des droits des travailleurs et d’entrave à l’activité syndicale.

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».